Menu

Société

Arrestation des fils Bissessur : Le père explique les circonstances de la perquisition chez Avinash


Rédigé par E. Moris le Mercredi 21 Juin 2023



Le choc est brutal pour la famille Bissessur. Les frères Akil et Avinash Bissessur, ainsi que la compagne de l'avocat, Doomila Moheeputh restent en détention.

Ils avaient été arrêtés hier dans le cadre d'une affaire de drogue par la Special Striking Team (SST) de Jagai. Ce mercredi, Akil Bissessur, Doomila Moheeputh et Avinash Bissessur ont été inculpés provisoirement de conspiration et de possession de stupéfiants devant le tribunal de district de Mahébourg. La police s'est opposée à leur mise en liberté sous caution. L'affaire était présidée par la magistrate Doorgeshnee Dinya Mooloo. Akil Bissessur a été renvoyé au centre de détention de Vacoas et Avinash Bissessur au poste de police de Curepipe. Doomila Moheeputh est détenue au poste de police de Pailles jusqu’au 27 juin prochain. 

Le père Bissessur a confié son incompréhension après l'arrestation de ses fils. Selon son témoignage il y aurait des tentatives de « planting » par rapport aux comprimés retrouvés lors de la perquisition au  domicile de son fils à Sodnac. Il soutient que les membres de la SST ont fait preuve d'un manque de professionnalisme. 

Il se dit troublé du fait qu'en récupérant un sachet avec des pilules 'suspects', un des chefs, aurait balancé "ki été sa?". Son fils Avinash aurait répondu qu'il n'en savait rien. Le chef, aurait récupéré le sachet de comprimés sans prendre les précautions d'usage dans le cadre d'une enquête en lien avec une affaire de drogue.  Bien que le sachet n'a pas été ouvert, à une question d'un de ses collègues, le chef a répondu: "ena 30 ladan". 

Le père d'Akil se demande comment il savait qu'il y avait 30 gélules...

 

Mercredi 21 Juin 2023

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.


LES PLUS LUS EN 24H