Menu

Société

Arrestation des Bissessur et de Moheeputh : Le déroulement des événements


Rédigé par E. Moris le Jeudi 22 Juin 2023



Hier, Akil et Avinash Bissessur, ainsi que Doomila Moheeputh ont comparu devant le tribunal de Mahébourg pour leur mise en inculpation provisoire.

D’après les charges choisies par la police, on peut désormais avoir une idée de ce qui s’est passé. En effet, lors de l’opération de livraison contrôlée, c’est une drogue factice qui a été utilisée. C’est la raison pour laquelle l’une des charges provisoires contre Akil Bissessur est tentative de réceptionner de la drogue factice. Mais non seulement la drogue était factice, le facteur aussi l’était. Il s’agissait d’un policier déguisé. Nous y reviendrons.

Toutefois, c’est Doomila Moheeputh qui a donné l’alerte. C’est elle qui aurait vu des véhicules de police dans les parages de Dreamton Park. Elle a alors alerté Akil Bissessur qui a alors fait un live en venant dire au facteur factice qu’il n’avait rien commandé. C’est ce qui explique que Doomila Moheeputh a été inculpée provisoirement de complot. En fait, c’est le frère d’Akil Bissessur qui était la cible principale de la Special Striking Team. Car le colis lui était destiné. Cela, même si l’adresse était celui d’Akil Bissessur.

Rappelons que les autres charges provisoires sont, pour Akil Bissessur, complot avec son frère et sa compagne pour importer de la drogue et possession de produits illicites soit trois papiers à rouler. Concernant Avinash Bissessur, les charges sont complot pour importer de la drogue et possession de 34 comprimés soupçonnés être de la drogue. Rappelons que la police ayant objecté à leur remise en liberté, Akil Bissessur a été reconduit au Vacoas Detention Centre, Avinash Bissessur au poste de police de Curepipe et Doomila Moheeputh au poste de police de Pailles. Leur prochaine comparution est prévue le 26 juin dans le cadre de l’appel de la motion de remise en liberté conditionnelle déposée par leurs avocats.

Jeudi 22 Juin 2023

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.


LES PLUS LUS EN 24H