Menu



Société

Arrestation arbitraire : John Brown porte plainte au Central CID contre l’ADSU


Rédigé par E. Moris le Lundi 24 Mai 2021



Qu’il s’agisse d’un nom réel ou d’un sobriquet, un homme qui s’appelle John Brown attire toujours des ennuis. John Brown, celui qui est entré dans l’histoire, était un abolitionniste qui a été condamné à mort le 2 décembre 1859 en raison de son activisme armé.

Puis, il y a les personnages de John Brown. On les voit dans les chansons. Par exemple le shérif John Brown dans le tube de Marley ou encore le juge John Brown dans une chanson de Clapton. Le juge a condamné un homme à 99 ans de prison, ce que dénonçait Éric Clapton. 

Le John Brown dont il est question actuellement est connu comme John Brant Vivien pour l’état civil. Le 29 avril dernier, il a été arrêté suite à une opération policière à Cité Ste-Claire. Mais depuis son arrestation, les rebondissements ont été nombreux. Cette semaine, John Brown a porté plainte au Central CID contre l’ADSU. Cela, alors que ses proches avaient porté plainte à l’Independant Police Complaints Commission. 

John Brown affirme que, contrairement aux dires des éléments de la brigade antidrogue, il n’était pas en possession de drogue au moment de son arrestation. Les policiers soutiennent, pour leur part, que l’homme a été pris en flagrant délit. Dans sa main, selon eux, se trouvait un sachet en plastique contenant 34,68 g d’héroïne, 7,87 g de drogue synthétique, 15 petits sachets d’héroïne, 96 doses sous aluminium d’héroïne et 420 papiers de drogue synthétique. Le tout d’une valeur d’environ Rs 1,4 million.

Les images CCTV démontreraient que John Brant Vivien n’avait que son téléphone à la main lorsque les policiers ont débarqué. Ces images ont commencé à circuler. La police a indiqué qu’une enquête a été initiée suite à la plainte déposée au CCID. Qu’en est-il exactement ? Est-ce que les images sont trafiquées ? L’avenir nous le dira.

Lundi 24 Mai 2021

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.