Menu


Faits Divers

Arme volée : Le policier Pheerunghee cerné


Rédigé par E. Moris le Lundi 27 Avril 2020



Il pourrait être dans la mélasse. Le constable Pheerunghee, celui-là même qui disait que son arme avait été volée alors qu’il officiait comme sentinelle devant le domicile du vice-président, pourrait être inculpé de complicité.

Cet officier, qui compte plus de 20 ans service, est dans le viseur des enquêteurs. D’autant que les images des caméras CCTV ne confirmeraient pas sa version des faits.

Selon certaines sources, il est vu en train de remettre son arme aux suspects. Ce qui laisserait croire que ses allégations selon lesquelles il a été attaqué puis délesté de son arme ne seraient que de la poudre aux yeux.

Rappelons que le constable Pheerungee est déjà inculpé provisoirement d’entente délictueuse. Mais il nie ce qui lui est reproché. C’est aux petites heures du matin du 13 avril que l’attaque aurait eu lieu.


Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.