Menu


International

Argent sale, politiciens propres et une supposée axe Inde-Maurice


Rédigé par E. Moris le Lundi 20 Juillet 2020



C’est une histoire incroyable, que seuls des scénaristes auraient pu trouver !

Le 15 juillet dernier, dans une ville du Tamil Nadu, des policiers font une drôle de découverte. Alors qu’ils avaient eu vent d’un trafic de cannabis et qu’ils procédaient à un barrage routier pour justement arrêter des trafiquants, 50 millions de roupies indiennes leur tombent du ciel. Ou plutôt sortent d’une voiture !

Sauf que le véhicule n’appartient pas à n’importe qui. Il roule avec un laissez-passer d’un membre de l’Assemblée législative de l’état d’Andhra Pradesh, de surcroit ministre. Balineni Srinivasa Reddy détient le portefeuille des sciences et de la technologie.

Dans cet autre état de l’Inde, l’affaire fait grand bruit. Un des adversaires du ministre, Nara Lokesh, leader du parti TDP, dénonce un cas d’enrichissement à travers l’argent sale.

Il va jusqu’à soutenir, sur un site d’infos, que les 50 millions de roupies indiennes proviennent d’un plus gros pactole, dont une partie, près d’un milliard de roupies indiennes, aurait été envoyées à Maurice par un système de paiement informel. 

Le principe d’un système hawala est de faire circuler l'argent dans un réseau d'agents de change. Un client donne une somme d'argent à l'un de ces agents, qui contacte l'agent le plus proche du destinataire de cette somme et lui demande de lui verser cette somme (moins une commission, généralement) en échange de la promesse de la lui rembourser plus tard. C’est le système idéal pour blanchir l’argent sale. 

Nara Lokesh allègue que l’argent aurait transité par Chennai et Bangalore avant d’atterrir à Maurice. 

Mais le ministre Balineni Srinivasa Reddy et un autre membre de l’Assemblée législative d’Andhra Pradesh, Anna Rambabu, nient toute maldonne. Le premier soutient d’ailleurs que son laissez-passer a été utilisé de manière frauduleuse. Il affirme aussi, tout comme Anna Rambabu, que l’argent appartient à un négociant en or. Et ne voilà-t-il pas qu’un négociant s’est effectivement présenté aux autorités. Il a déclaré que l’argent lui appartenait et devait servir à l’achat d’or à Chennai. Plus intéressant encore, il a fait une sortie contre les détracteurs du ministre Reddy et a juré, la main sur le cœur, que ce dernier est plus blanc que neige ! 


Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.