Menu


Société

Argent et éléments intrigants conduisent à l’arrestation d'un propriétaire d'une bijouterie


Rédigé par E. Moris le Mercredi 28 Octobre 2020



Comment, en l’espace d’un jour, une bijouterie peut indiquer qu’elle est en mesure de fournir des masques de protection et décrocher le contrat ? C’est l’un des casse-têtes que les enquêteurs de l’Icac tentent de résoudre.

L’autre concerne l’argent. Le tout a conduit à l’arrestation de Hari Kistnah Jagannada Reddi, le patron de la bijouterie Red Jewels. Il a été arrêté par l’Icac ce matin et inculpé provisoirement de blanchiment.

Reddi n’a pas été aussi malin que Deepak Bonomally et se faire admettre en clinique. Ce qui aurait différé son arrestation. Le propriétaire de la bijouterie Red Jewels a déjà été inculpé provisoirement de blanchiment.

Rappelons qu’il avait décroché un contrat pour la fourniture de 100 000 masques N95 au ministère de la Santé  à travers la procédure d’urgence. Il faut néanmoins savoir que Red Jewels Ltd, malgré son nom, est une société qui fait aussi dans l’import/export. Néanmoins le timing intrigue.

Selon certains médias, le 19 mars, la société informe le ministère de la Santé qu’elle peut fournir les masques en question. Et le 19 mars toujours, elle obtient le contrat. Rappelons que nous sommes en plein confinement. Mais cela n’explique pas tout ! Quant à Deepak, dès qu’il sortira de clinique, il sera arrêté et inculpé. Il a connu les flashs et tout le tralala lorsqu’il était footballeur et journaliste. Il va découvrir l’autre facette, celle lorsqu’on est suspect.


Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.