Politique

Après la caricature d'une "datte", une vidéo ressort trois ans après...

Vendredi 24 Mai 2019

Les jours se ressemblent et confirment que le passe-temps favori des mauriciens c'est d'attiser la braise communale.


Quand ce n'est pas un groupuscule de gens qui parlent au nom de toute une communauté  et va jusqu'à s'attaquer à la liberté d'expression sous forme de menaces graves, d'autres continuent la mise en scène.  

Après une conférence de presse et un appel à boycotter un quotidien sous prétexte qu'ils se sentent cibler par un dessin pour une histoire de...dattes ! On se demande si en période de ramadan, le jeûne ne monterait pas au cerveau de certaines personnes.

Une vidéo devenue virale est ressortie avec des propos tenus par Anil Gayan en 2016 ! Les membres de la communauté musulmane sur les réseaux sociaux condamnent le ministre du Tourisme pour ces déclarations et appellent à sa démission. Ils vont jusqu'à demander aux imams de parler de cette "affaire" dans la prière de ce vendredi.

Retour des faits, le 21 mai lors des séances parlementaires, Shakeel Mohamed, chef de fil du parti travailliste faisait référence aux propos de Anil Gayan sur le Pakistan, ce qui lui a valu une expulsion. 

48 heures après cette sanction au parlement, c'est une vidéo diffusée par Shameem Korimbocus, commercial à Dubai et connu des mauriciens, qui fait réagir sur la Toile.

On y voit Anil Gayna devant un parterre d'invités expliqué que : « Dans la communauté musulmane, éna honour killing. Quand quelqu’un ki marier ou bien quand ene tifi ki marier ek quelqu’un ki so fami pane accepter, la fami alle touye sa tifi là. Et dans bane pays kouma Pakistan et lezot pays, c’est accepté comme ene fait normal parce que c’est culturellement accepté et acceptable. Mais nou pas bizin accepter sa kalité barbarie ki certain dimoune commettre »

Si très clairement les propos de Anil Gayan sont assez confus, la polémique elle continue d'enfler.

Rédigé par E. Moris le Vendredi 24 Mai 2019

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.