Menu



Société

Après Radha et Ramgulam, Sivaramen et Juman, au tour de Kaunhye, Beetun et Bhoobdasur


Rédigé par E. Moris le Mercredi 28 Août 2019



Les Casernes centrales ont intérêt à faire le plein de café ! Car les journalistes débarquent en masse.

On dirait presque une invasion. Mais rassurez-vous, c’est pour être interrogés et non pour un brin de causette. Même si la parlotte sera faite par les hommes en uniformes.

Zahirah Radha (Sunday Times) et Anju Ramgulam (l’express) ont été les premières à effectuer une visite des lieux du quartier général du CCID dans le cadre de certains écrits concernant les factures d’Étienne Sinatambou. 

Leurs supérieur et patron respectifs, Nad Sivaramen (l’express) et Eshan Juman (Sunday Times) devaient les suivre cette semaine. Mais ils ont fait savoir qu’ils ne pourraient honorer l’invitation qui leur a été faite à la date convenue (mardi pour Sivaramen et mercredi pour Juman). Ils ont gentiment demandé à ce qu’une nouvelle date soit trouvée. 

On croyait la valse terminée. Mais voilà que, dans le cadre d’une autre affaire, celle concernant le dossier des motos-écoles, Kris Kaunhye et Murvind Beetun, de Top FM, ont reçu leur carton d’invitation pour un petit passage aux Line Barracks. Dans leur cas, c’est un autre ministre, Nando Bodha, qui avait porté plainte. L’un étant souffrant et l’autre pris, ils ne pourront, eux-aussi, honorer cette invitation ce mercredi. 

En même temps, Hansini Bhoobdasur, toujours de l’express, a été invitée elle aussi à rejoindre la farandole. Dans son cas, c’est dans le cadre d’un article, par le 23 avril dernier, concernant le manque d’équipements au ministère de la Santé.

Mercredi 28 Août 2019

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.