Société

[Anse-La-Raie] Non à l’abattage de 500 arbres : manifestation ce dimanche

Dimanche 18 Novembre 2018

Un «tree-hugging» en signe de protestation ce dimanche 18 novembre à partir de 10h30.


Crédit photo: Protect Anse-la-Raie.
Crédit photo: Protect Anse-la-Raie.
Le projet de construction de route à Anse-la-Raie visant à créer une bretelle donnant directement accès à la plage d’Anse-la-Raie et qui nécessite l’abattage d’une centaines d’arbres, est dans le collimateur des défenseurs de l'environnement.

Un collectif a été créé sur les réseaux sociaux pour alerter l'opinion publique : Protect Anse-la-Raie. 

Un événement se tient ce dimanche 18 novembre, à partir de 10 h 30 afin d'envoyer un message fort de protestation contre l'abattage de ces arbres.

Sudesh Rughoobur, député  n°6 de la majorité, à Grand-Baie–Poudre-d’or, s’était enquis du projet parlant de "catastrophe écologique", avant que le ministre Nando Bodha l'accuse de pratiquer de la «cheap politics» sur le projet de by-pass entre Grand-Baie et Cap-Malheureux.

Bodha estime que le député aurait dû le consulter avant de faire des déclarations à la presse. Allant jusqu'à dire que Sudesh Rughoobur n’a pas le droit de parler à la presse. Selon le ministre des Infrastructures publiques, le député aurait encouragé des personnes à croire qu’il avait des intérêts personnels dans ce projet.

Hier samedi 17 novembre lors de la conférence de presse hebdomadaire du Parti mauricien social-démocrate (PMSD) à Port-Louis, Adrien Duval maintient que ce projet se déroule dans une «opacité totale» et s’élève contre l’abattage programme d’une centaine d’arbres sur le littoral d’Anse-La-Raie. 

Nando Bodha a promis lui, de replanter 400 filaos pour 100 arbres abattus à Anse-la-Raie. Le changement du nom de la plage publique d'Anse-la-Raie est aussi évoqué.

Rédigé par E. Moris le Dimanche 18 Novembre 2018

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.