Menu

Politique

Anquetil a le chic pour énerver Pravind Jugnauth


Rédigé par E. Moris le Mercredi 16 Novembre 2022



À deux reprises, hier au Parlement, le Premier ministre a montré un certain agacement envers la députée Stéphanie Anquetil. Il faut dire qu'à une reprise au moins, la question de l'élue rouge était limite.

C'était par rapport au Bébé S. Cette petite de quelques mois a été abandonnée à l’hôpital par sa mère. Elle a été confiée à la Child Development Unit qui l'a placée à l'abri L'Oiseau du Paradis. Mais en octobre, elle a été conduite en urgence à l'hôpital et admise à l'unité des soins intensifs. Pravind Jugnauth a déclaré, dans sa réponse liminaire, que la mère de l’enfant a été arrêtée. Mais comme la police avait objecté, la première fois, à sa remise en liberté conditionnelle, elle était restée en détention. Elle a cependant retrouvé la liberté vendredi dernier. Elle répond d'une charge provisoire d’abandon d’enfant.

Dès la première question supplémentaire, Pravind Jugnauth a dit à la députée Anquetil qu'elle était totalement hors sujet étant donné que sa question était assez éloignée de l'interpellation. Elle avait demandé si en laissant des enfants à l'hôpital, les organismes de l'État ne se rendaient pas coupables d'abandon d'enfant. Stéphanie Anquetil a aussi évoqué l'inculpation de la mère. À un certain moment, Pravind Jugnauth s'est énervé. « C'est comme si nous étions responsables. En tant que gouvernement, nous prenons nos responsabilités. Mais il y a aussi la responsabilité parentale », s'est-il insurgé. Il a aussi déclaré que la maman, âgée de 27 ans et habitant Cité la Cure, a trois autres enfants, âgés entre 1 et 4 ans. Deux d’entre eux ont été déclarés après le délai prescrit par la loi. Un autre a été placé dans une famille d’accueil.

Mercredi 16 Novembre 2022

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.


LES PLUS LUS EN 24H