Société

Alan Ganoo affirme concernant le tarif des feeder buses : « il y a des remboursements à faire»

Mardi 14 Janvier 2020

Le nouveau ministre du Transport terrestre et du Métro Léger, Alan Ganoo, a hérité le ministère "casse couille" du gouvernement. 

Obligé de faire le porte-parole d'un projet qu'il avait violemment contesté avec sa partenaire Tania Diolle dans un passé récent, il se retrouve dans un exercice d'équilibriste face à ses propres contradictions.

Quand il n'est pas entrain de faire les éloges de son nouveau leader, il est souvent gêné et bafouillant dès qu'il s'agit de répondre aux questions rares et pertinentes de la presse. 

Concernant l’entrée en opération de feeder buses avec la mise en oeuvre des services commerciales du Metro Express. : «C’est prématuré de dire quel tarif sera appliqué pour le feeder buses», répond le ministre du Transport terrestre et du Métro Léger.

« Si les services de feeder buses seront "gratuits" * jusqu’à fin février, Toutefois, il faut se rendre à l’évidence: nous payons lorsqu’on voyage par taxi, autobus ou métro. Il est impérieux pour nous de trouver un tarif pour le ‘feeder buses’. Cela d’autant plus que le pays a contracté des emprunts pour Metro Express. Il y a des remboursements à faire»,  maintient Alan Ganoo.

A propos des «petits pépins ici et là », Alan Ganoo rassure les usagers de la route qu’ils peuvent compter sur son ministère, les techniciens, ainsi que les différents départements en vue d’améliorer la situation.

*Feeder Buses : Si c’est gratuit pour le public, cela comporte un coût pour l’État, qui devra débourser Rs 2 millions pour ce service.

Rappelons qu’une trentaine d’autobus desservent les différentes stations sur le trajet Rose-Hill/Port-Louis. Les opérateurs concernés sont Rose-Hill Transport, United Bus Service, Triolet Bus Service et la Corporation Nationale de Transport. Ces compagnies reçoivent Rs 10 000 quotidiennement depuis le 10 janvier. 


 

Rédigé par E. Moris le Mardi 14 Janvier 2020

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.