Menu

Politique

Akil Bissessur : «Pena ni mo ADN ni mo fingerprints sur les sachets de drogue»


Rédigé par E. Moris le Dimanche 30 Octobre 2022



Rebondissement dans l'affaire Bissessur qui avait défrayé la chronique. Hier, samedi 29 octobre, lors de la manifestation organisée par l'activiste Bruneau Laurette, l'avocat Akil Bissessur, un des Avengers, victime de la répression policière, a dénoncé l'opération "magique" de la police.

L'avocat a révélé que : «Les analyses de mon ADN sur les sachets de drogue se sont révélées négatives.»  aussi bien celui de sa compagne, Doomila Moheeputh que de sa belle-mère. Il a aussi révélé que « la présence de l’ADN d’une autre femme a été décelée. Be kisanla so ADN ladan ? Kuma la drog la in vin laba ? ». L'avocat fait un appel pour que les officiers de la Special Striking Team soumettent leur ADN à des fins d'analyses.
 
Notons que le Forensic Science Laboratory avait confirmé la présence de drogue de synthèse au domicile de Doomila Moheeputh, dans un rapport préliminaire remis à la police. La substance retrouvée au domicile de Dommila Devi Moheeputh, alias Sweety, lors de la perquisition de la police le vendredi 19 août dernier, selon le terme utilisé par le FSC, serait du « synthetic cannabinoids ».  Rappelons qu'Akil Bissessur et Sweety Moheeputh ont été arrêtés après que 52 grammes de drogue de synthèse valant Rs 260 000 ont été saisis au domicile familiale de sa compagne à Palma, Quatre-Bornes. Le couple avait été arrêté puis libéré sous caution en septembre dernier.
 
 

Dimanche 30 Octobre 2022

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.