Menu



Politique

Air Mauritius et le pays souffrent d’un problème commun de gouvernance, selon Bodha


Rédigé par E. Moris le Vendredi 1 Octobre 2021



Le leader du Rassemblement Mauricien était face à la presse ce vendredi. Il a déploré une politisation à outrance des institutions du pays. Il s’est longuement attardé sur Air Mauritius.

Il a indiqué qu’Air Mauritius avait des dépôts fixes à long terme. Ce qui fait, selon lui, que la compagnie d’aviation nationale n’avait pas besoin d’aller en administration volontaire. Nando Bodha s’est demandé à un certain moment si le transporteur aérien n’aurait pas dû opter pour une capitalisation auprès de ses actionnaires. 

Pour lui, le problème d’Air Mauritius et celui du pays est le même. Il s’agit d’un souci de gouvernance. Il a expliqué que c’est un problème de management et une politisation à outrance qui ont amené Air Mauritius dans la situation où la compagnie se trouve. 

Nando Bodha s’est aussi demandé si un conseiller, proche de Lakwizinn, est la personne appropriée pour diriger une compagnie aérienne qui était en difficulté. « Nous voulons la compétence et l’intégrité », a-t-il insisté, tout en précisant qu’il faut des personnes compétentes à la tête de la compagnie d’aviation nationale. « Nous sommes en train de jouer avec une industrie qui rapporte deux milliards de roupies », a-t-il déclaré. 

Pour Nando Bodha, il faut un changement en profondeur et surtout un board de direction qui peut gérer la compagnie et qui travaillera dans l'intérêt national. 

Le leader du Rassemblement Mauricien a aussi évoqué ses doutes sur la durée de l'administration volontaire, le choix des administrateurs et le coût de cet exercice. Il est exorbitant, selon lui. Sur le volet sanitaire, Nando Bodha a indiqué que nul ne connaît l’état réel de la pandémie à Maurice. D’où le fait, selon lui, qu’il y a une psychose. Il rappelle que le public se plaint des services offerts à l’hôpital ENT. Il a aussi soutenu que la prise en charge n’est pas claire.

Vendredi 1 Octobre 2021

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.