Société

Agression alléguée au Shelter La Colombe: La directrice Noor-E-Muhtasheem Soodhun transférée mais pas sanctionnée

Mercredi 15 Mai 2019

La ministre de l’Égalité des genres a annoncé qu’il y a trois enquêtes en cours concernant « l’incident » survenu au Shelter La Colombe le jeudi 9 mai dernier, à l’Assemblée nationale le mardi 14 mai après la tranche des questions parlementaires.


La première est menée par le bureau de l’Ombudsperson for Children et la seconde par le National Children’s Council, qui gère l’abri en question. Les deux sont menées en parallèle avec celle de la police. 

Fazila Jeewa-Daureeawoo a confirmé que le garçon de 9 ans a rapporté avoir été victime de maltraitances physiques de la part de la responsable du Shelter. Elle a aussi indiqué que la responsable a aussi consigné une Precautionary Measure à la police contre l’enfant.  

Selon la ministre, sur les instructions de la Shelter Manager âgée de 34 ans, l’enfant a été transporté à l’hôpital psychiatrique Brown Sequard où il a été admis. D’ailleurs, a-t-elle précisé, il est un patient de cet établissement. Fazila Jeewa-Daureeawoo a souligné que suite aux plaintes de l’enfant, une déposition a été consignée en son nom à la police. 
  
Entretemps, précise Fazila Jeewa-Daureeawoo, la Shelter Manager de La Colombe, Noor-E-Muhtasheem Soodhun, a été transférée au National Children’s Council et un autre officier assure la suppléance en tant que responsable de l’institution.  

Pour ce qui est de l’enfant, une équipe composée notamment d’un psychiatre lui rend visite quotidiennement à l’hôpital Brown Sequard. Et le ministère entame actuellement les démarches pour le placer dans un autre abri. 

Pour rappel, l'enfant est le fils d'une animatrice d'une radio privée. Ses deux enfants sont placés dans le shelter La Colombe. 

A noter qu'après l'agression, le vendredi 10 mai, la Shelter Manager impliquée avait été suspendue jusqu’au lundi, où elle devait comparaître devant un comité. Mais de comité, il n'y en a pas ! Elle a aussi retiré sa plainte pour agression faite à la police à l’encontre de la victime présumée. 

Rédigé par E. Moris le Mercredi 15 Mai 2019

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.