Menu


Justice

AffaireToofany: acquittement des trois policiers impliqués pour brutalité alléguée


Rédigé par E. Moris le Lundi 3 Août 2020



Ils étaient cinq policiers, au départ à être poursuivi dans le sillage du décès d’Iqbal Toofany, le 2 mars 2015. Ce dernier avait été arrêté lors d’un contrôle de routine. La voiture dans laquelle il se trouvait n’avait ni vignette d’assurance ni déclaration.

Ils sont accusés d’avoir, en tant que fonctionnaires, infligé la torture, le 2 mars 2015, à Mohamed Iqbal Toofany, afin qu'il passe aux aveux.

Iqbal Toofany avait été conduit en cellule policière. Mais il est mort le lendemain. Le rapport d’autopsie avait attribué son décès à un œdème pulmonaire  à la suite des coups qui lui ont été infligés.

Les trois policiers, le sergent Vikash Persand et les constables Jean François Numa et Joshan Raggoo ont été acquittés en cour ce lundi 3 août.  Ils obtiennent le bénéfice du doute et sont repartis libres du tribunal ce matin. La magistrate Niroshini Ramsoondar, de la cour intermédiaire, a estimé qu'il n'y avait pas suffisamment de preuves démontrant leur culpabilité dans la mort d'Iqbal Toofanny. 

Ils n'étaient plus que trois officiers de police à être poursuivi dans le cadre du décès d’Iqbal Toofany, mort en détention. 

Car, après le constable Johny Laboudeuse, mort de cause naturelle en janvier 2019, un second prévenu, le constable Vincent Gaiqui est décédé. Le policier a été retrouvé mort à son domicile à La Gaulette. Il était suspendu de ses fonctions. 

Pour rappel, Mohamed Iqbal Toofany avait trouvé la mort dans la nuit du 1er au 2 mars 2015, à la suite de brutalités policières. Soupçonné de vol, Iqbal Toofanny avait été arrêté par le constable Laboudeuse et quatre autres collègues : Vikash Persand, Ghislain Marie Ronny Vincent Qaiqui, Jean François Numa et Joshan Raggoo. Ils étaient tous poursuivis devant la justice. 

Ce père de famille de 42 ans a été arrêté et remis à la CID de Rivière-Noire pour enquête. Il est décédé le lendemain matin à l’hôpital Victoria. Il portait des ecchymoses sur le corps.


 


Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.