Menu

Politique

Affaire de la lettre anonyme : Effectivement, quid de Collendavelloo ?


Rédigé par E. Moris le Jeudi 18 Août 2022



Et dire que certains s’attendent réellement à ce qu’Ivan Collendavelloo claque la porte de la majorité gouvernementale sur l’affaire Ameenah Gurib-Fakim ! « Quel est le rôle de Collendavelloo ? Va-t-il continuer à demeurer silencieux ? Incroyable mais vrai », a déclaré Navin Ramgoolam hier, à l’issue de sa rencontre avec Paul Bérenger et Xavier-Luc Duval.

Le leader du PTr s’est dit étonné du silence d’Ivan Collendavelloo sur l’affaire de la lettre anonyme contre l’ancienne présidente de la République. Rappelons qu’Ameenah Gurib Fakim était une proposition du Muvman Liberater. D’ailleurs, Ivan Collendavelloo était partie prenante de certaines discussions et certains dîners à la State House où Alvaro Sobrinho était le distingué invité. 

On pourrait s’étonner de l’étonnement de Navin Ramgoolam concernant l’absence de réaction d’Ivan Collendavelloo. Car si le leader du Muvman Liberater avait voulu faire une action d’éclat, il l’aurait fait depuis belle lurette et à bien des occasions. Celles-ci n’ont pas manqué. Mais rappelons qu’Ivan Collendavelloo n’a pas manqué une seule occasion de défendre Pravind Jugnauth, dans les médias et le Parlement. Ce n’est que sur l’affaire des dialysés qu’il a pris le gouvernement à contre-pied. 
Ivan Collendavelloo, c’est un peu comme Nando Bodha. La situation du leader du Rassemblement Mauricien, telle que l’a décrite Pravind Jugnauth, s’applique aussi au leader du Muvman Liberater. En effet, où peut-il aller, à part prendre sa retraite ? Réfractaire à tout ce qui est rouge, même une voiture de cette couleur, Ivan Collendavelloo ne peut retourner dans l’opposition traditionnelle qui a plébiscité Navin Ramgoolam. Et le réaliste qu’il est se trouve à des années lumières des partis qui veulent faire exploser le système ! Alors, le pauvre Ivan est « en pendant » aussi…

Jeudi 18 Août 2022

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.