Politique

Affaire Yerrigado : «Am I supposed to inquire ? I don’t do enquiries»

Mardi 24 Septembre 2019

Lors des travaux parlementaires réservée aux questions adressées aux ministres, le député MMM, Reza Uteem a questionné Sir Aneerood Junauth concernant l’affaire Bet 365 et l'enquête sur Ravi Yerrigadoo.

Pour le ministre mentor, c'est la Central Criminal Investigation Department qui enquête sur ces deux affaires.

A la question de Reza Uteem : «Est-ce que le ministre mentor a cherché à savoir pourquoi l’enquête prend tant de temps ?» , c'est un SAJ revanchard qui répond : «Am I supposed to inquire ? I don’t do enquiries».

Ce qui a fait bondir le député mauve qui a souligné que le suspect n’est pas un homme ordinaire, mais un ancien membre du cabinet qui endossé le statut d'Attorney General. 

Concernant l'enquête sur Husein Abdool Rahim, là encore, ni Reza Uteem ou Ravi Rutnah n'ont pu obtenir de réponses. 

Pour rappel, Hussein Abdool Rahim avait accusé le ministre de la Justice de l'époque, Ravi Yerrigadoo de blanchiment d’argent de plusieurs millions de roupies. Il a impliqué également deux autres compères. La lettre fait comprendre que l’ancien Attorney General se porte garant pour le parieur auprès de Bet365 et qu’il n’y a aucune entrave légale à ce que Hussein Abdool Rahim décaisse ses gains de cette société de paris en ligne. Ces révélations ont mené à la démission de Ravi Yerrigadoo. 

Depuis, l'affaire Bet365 a connu un revirement de taille après que Husein Abdool Rahim a changé sa version le 21 septembre sur le plateau de Radio Plus. Lui qui avait, au départ, accusé l’ex-Attorney General, Ravi Yerrigadoo, de tentative de blanchiment d’argent, accuse désormais Roshi Bhadain de complot avec la complicité des journalistes de la Sentinelle.  

 


Rédigé par E. Moris le Mardi 24 Septembre 2019

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.