Menu



Justice

Affaire Sunkai : Le magistrat s’offusque des nombreux renvois d’un procès


Rédigé par E. Moris le Lundi 24 Mai 2021



Comment un procès a-t-il pu être renvoyé à 17 reprises ? Le magistrat Vijay Appadoo, qui préside la Financial Crimes Division au niveau de la cour intermédiaire, a failli tomber de son fauteuil.

Il s’agit de l’affaire Sunkai. Bhimla et Mohit Ramloll répondent de plusieurs accusations d’escroquerie et de blanchiment d’argent. Il n’y aura pas de 18e renvoi. Le magistrat Vijay Appadoo a fixé leur caution à Rs 100 000 chacun s’ils souhaitent recouvrer la liberté en attendant que l’affaire soit prise sur le fond le 1er juin 2021.

Les Ramloll ont jusqu’au lundi 24 mai pour s’acquitter de la somme. Pour le magistrat Appadoo, il est inadmissible qu’un procès ait été renvoyé à 17 reprises. Cela, pour des raisons étonnantes des fois, comme l’absence des avocats ou changement au niveau des défenseurs.

En milieu de semaine, lorsque l’affaire a été appelée, l’avocat était absent. Le magistrat Vijay Appadoo a accordé une heure au couple pour qu’il aille chercher leur avocat afin d’entériner la proposition. Mais lorsque Bhimla et Mohit Ramloll ont informé le magistrat que leur avocat est souffrant et ne pourra venir, ce dernier a exprimé sa colère. Il a alors ordonné que chacun des suspects fournisse une caution de Rs 100 000 afin d’être libérés en attendant que le procès soit pris sur le fond.

Bhimla et Mohit Ramloll opéraient un plan Ponzi au nom de leur société Sunkai Co Ltd. Bhimla, ancienne conseillère municipale, est accusée d’avoir escroqué plusieurs investisseurs d’un montant total de Rs 753 857 800. Elle et son époux répondent aussi d’une accusation de blanchiment d’argent. Ils sont soupçonnés d’avoir acheté un terrain à Sodnac afin de blanchir l’argent sale.

Lundi 24 Mai 2021

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.