Menu


Politique

Affaire Rezistans ek Alternativ : L’État conteste la présence du chef juge sur le full bench


Rédigé par E. Moris le Vendredi 10 Mai 2019



Photo illustration
Photo illustration
Décidément, les rebondissements s’enchainent dans l’affaire de Rezistans ek Alternativ contestant l’obligation faite à tout candidat de décliner son appartenance ethnique.

Ainsi, après l’invitation du chef juge faite au Commissaire électoral et à l’Electoral Supervisory Commission de se joindre aux débats, il y a eu un autre développement dans l’affaire. 

Cette fois, l’État, à travers la représentante du Solicitor General, conteste la présence du chef juge sur le full bench de la cour suprême qui écoutera cette affaire. C’est ce que Me Prameeta Devi Goordyal-Chittoo, Acting Assistant Solicitor General a indiqué en début d’après-midi. Elle va loger une motion formelle lorsque l’audience, qui est suspendue pour l’instant, et va reprendre vers 14 heures. 

La démarche de l’État est justifiée par le fait que le chef juge Eddy Balancy avait déjà écouté une affaire concernant l’obligation de déclarer son appartenance ethnique, donc ayant un rapport avec la présente plainte de Rezistans ek Alternativ.


Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.