Menu



Société

Affaire Kitsnen : La présence du conseiller du PM, Vinod Appadoo et son garde du corps en cour intrigue


Rédigé par E. Moris le Mardi 15 Décembre 2020



Au tribunal de Moka hier, lundi 14 décembre, les avocats qui représentent la famille de Soopramanien Kistnen sont unanimes, ils affirment que les images Safe City qui ont été présentées en cour ont été manipulées. Le surintendant Vijay Kumar Dawon sera appelé à la barre des témoins ce mardi pour expliquer ces incohérences.

L'autre fait marquant de la journée d'hier selon Me Roshi Bhadain c'est la présence d'un conseiller du Premier ministre qui intrigue. L'ancien commissaire de prison se serait entretenu avec Govinden Kistnen, le frère de Soopramanien Kistnen, dans l’enceinte de la cour de justice alors que la magistrate avait explicitement demandé au témoin de ne pas sortir car son témoignage n’était pas encore fini durant les travaux de l'enquête judiciaire.

Au cours de l'émission Tempo la So sur les ondes de Top Fm, où Murvind Beetun recevait les avocats Rama Valayden et Roshi Bahdain, le conseiller du PM, Vinod Appadoo est intervenu au téléphone. Le moins que l'on puisse dire c'est qu'il était passablement énervé.

Vinod Appadoo s’en est pris à Me Bhadain, le traitant ouvertement de «menteur», ce quoi à le principal intéressé avec la verve qu'on lui connait , sans se démonter à traiter l'autre de «batiara» .

Pour Vinod Appadoo c'est son droit légitime d'être curieux et de venir écouter un cas en cour. Menaçant, il a affirmé ne pas avoir parler avec le témoin : «Dir zot amenn preve.»

À une question de Rama Valayden, Vinod Appadoo a révélé qu’il a un garde du corps, qui serait un membre de l’ADSU, mais n’a pas voulu confirmer que ce dernier est de l’ADSU de Rose-Belle. Insistant, Rama Valayden voulant faire le lien à un manque d'effectifs de l'ADSU à Rose-Belle, ce qui aurait conduit selon lui, la policière tuée à Mahébourg de travailler durant ses jours de congé. 

Mardi 15 Décembre 2020

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.