Menu



Société

Affaire Kistnen : Yogida Sawmynaden entendra-t-il l'appel de son frère ?


Rédigé par E. Moris le Mercredi 3 Février 2021



L'esprit de famille avant tout. Malgré des rapports conflictuels, Koomadha, le grand frère du ministre Yogida Sawmynaden a souhaité faire passer un message publiquement à ce dernier.

Ce mercredi 3 janvier, Koomadha Sawmynaden réagissait à la suite de l’audition de Norbert Manoovalloo, de la Major Crime Investigation Team (MCIT), dans le cadre de l’enquête judiciaire sur la mort de Soopramanien Kistnen. Il lui conseille de se rendre volontairement auprès de la MCIT et de l'Icac pour donner sa version des faits, ceci après avoir entendu tout ce qui a été dit en cour de Moka.

Norbert Manoovalloo, lors de son audition, a affirmé qu’une enquête menée à l’Assemblée nationale et un document signé par la « clerk » Lowtun confirme que le ministre Yogida Sawmynaden a déclaré qu’il emploie officiellement Simla Kistnen comme constituency clerk pour un salaire de Rs 14 790 depuis le début du mois de janvier 2020 et crédité à son compte.

Rappelons que le ministre du Commerce, Yogida Sawmynaden, élu de la circonscription n°8 était convoqué en cour depuis le 29 décembre, à la suite de la Private Prosecution logée par la veuve de Soopramanien Kistnen. Elle affirme que le ministre Yogida Sawmynaden lui a causé un tort immense en inscrivant son nom comme Constituency Clerk. Cela, à son insu et sans qu'elle n'ait jamais touché le salaire mensuel de Rs 15 000 associé à ce poste. Elle soutient que durant le confinement, elle n'a pu obtenir l'allocation sous le Self Employed Assistance Scheme. 

Selon l’affidavit de la veuve, le ministre Sawmynaden aurait en 2020 fait une fausse déclaration à la Mauritius Revenue Authority (MRA) a l’effet qu’il employait l’épouse de Soopramanien Kistnen comme sa Constituency Clerk et qu’il lui versait Rs 15 000 par mois.






 

Mercredi 3 Février 2021

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.