Menu



Société

Affaire Kistnen : Sawmynaden entrera dans le box des accusés ce jeudi


Rédigé par E. Moris le Lundi 4 Janvier 2021



Le ministre du Commerce retournera en cour de Port-Louis ce jeudi dans le cadre de la Private Prosecution initiée contre lui par Simla Kistnen. 

Yogida Sawmynaden est représenté par ses hommes de loi Raouf Gulbul et Mamade Bocus. À l’appel de l’affaire, le ministre avait refusé d’entrer dans le box des accusés. Ses avocats ont indiqué qu’il a le droit en tant que citoyen de refuser d’entrer dans ce fameux box tant qu’il n’y a pas d’accusation formelle contre lui. La magistrate Zeenat Bibi Cassamally après une suspension de séance n'a pas cédé, elle a indiqué que Yogida Sawmynaden a l’obligation d’entrer dans le box des accusés. Ce sera donc le cas lors de la prochaine audience ce 7 janvier.

L'affaire Kistnen, cet ancien agent du MSM, dont le corps a été retrouvé carbonisé dans un champs, n'a pas arrangé les affaires du gouvernement après l'autre scandale des terrains mal acquis de Angus Road.

Le ministre Yogida Sawmynaden fait face à des accusations très graves dans cette affaire malgré le soutien inconditionnel du Premier ministre. La veuve de Soopramanien Kistnen a réussi l'exploit, le temps d'une enquête judiciaire sur les circonstances entourant le décès de son mari, à le faire trainer devant les tribunaux pour une histoire d'emploi fictif.

Malgré que les gardes du corps ont dû tirer le ministre alors que les membres du public criaient « voler nou pas lé », « démission » et autres slogans d’appréciation à sa sortie du tribunal, pas question de démission ! Le ministre Yogida Sawmynaden a, au contraire, indiqué qu’il est serein et a dénoncé « une cabale et un complot » ourdis contre lui, sur la base d’accusations fausses et fabriquées de toutes pièces. « Ce que j’ai à dire, je le dirais devant les instances appropriées. C’est pour cela que je n’ai pas fait de déclaration publique jusqu’ici », a déclaré le ministre du Commerce lors d'une conférence de presse.




 

Lundi 4 Janvier 2021

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.