Menu



Politique

Affaire Kistnen: Pour Paul Bérenger, Sawmynaden aurait déjà dû démissionner


Rédigé par E. Moris le Samedi 5 Décembre 2020



Pour Paul Bérenger, il est impensable et inimaginable que Yogida Sawmynaden siège toujours au Conseil des ministres. C’est la version soft. Dans la version hard, le leader du MMM soutient que c’est tout simplement « dégoûtant » que ce ministre soit toujours en poste. Ce qui fait que, pour lui, le ministre du Commerce aurait déjà dû partir. 

Mais dans l’affaire Soopramanien Kistnen, Paul Bérenger estime que c’est au tour de la police de commencer à perdre de sa crédibilité. Il dit ne pas comprendre comment les enquêteurs ont pu, dans un premier temps, penser à un suicide. Surtout lorsque le corps d’un homme est retrouvé, calciné et sans chaussures. Et qu’avant, un policier qui travaille comme garde du corps a menacé l’homme en question. 

Paul Bérenger demande aussi à Pravind Jugnauth de démissionner.

Il l’accuse d’avoir induit l’Assemblée nationale et la population en erreur en disant, récemment, qu’il n’y avait plus d’enquêtes de l’Icac. C’est-à-dire que les investigations avaient été closes en l’absence d’éléments indiquant que des délits ont été commis. 

« Et là, on apprend que le Premier ministre du pays s’est rendu en catimini à l’Icac. Il y est allé après que le personnel ait quitté le bureau. D’ailleurs, certains ont dû être contactés afin qu’ils reviennent au bureau », a ironisé Paul Bérenger. 

Il a ainsi fait une nouvelle demande à Pravind Jugnauth de démissionner. Et ce, non seulement pour avoir induit le Parlement en erreur mais aussi parce qu’il y a toujours des enquêtes de l’Icac en cours. 
Il demande aussi, une fois de plus, qu’une commission d’enquête soit instituée. Elle devrait, selon le leader du MMM, être présidée par un ancien juge de la cour suprême. Et cerise sur le gâteau, surtout pour embêter Pravind Jugnauth, Paul Bérenger a suggéré le nom d’Eddy Balancy, ancien chef juge.

Samedi 5 Décembre 2020

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.