Menu



Justice

Affaire Kistnen : Koomadha Sawmynaden évoque les noms de Bonomally et d’Appanah


Rédigé par E. Moris le Vendredi 11 Décembre 2020



Y aurait-il un lien entre Yogida Sawmynaden et certains hommes d’affaires qui ont bénéficié de contrats juteux pour approvisionner le pays en équipements et matériaux médicaux durant le confinement ?

La question devrait être posée. Car lors de sa déposition en cour de Moka, où se déroule l’enquête judiciaire pour faire la lumière sur le décès de Soopramanien Kistnen, Koomadha Sawmynaden a indiqué qu’avant sa mort, Soopramanien Kistnen avait évoqué deux noms avec lui. Il s’agit de Rudy Appanah et de Deepak Bonomally.

Covid-19: comment les mafia ont profité de la pandémie à l'île Maurice

L’agent du MSM lui a dit que Yogida Sawmynaden lui aurait dit que ces deux personnes allaient le contacter le 15 octobre 2020 afin de l’aider à régler ses dettes. Soopramanien Kistnen aurait même dit à Komadha Sawmynaden que Rudy Appanah était le beau-frère de Jonathan Ramsamy. Ainsi, Appanah et Bonomally, selon Kistnen, allait lui remettre de l’argent.
 
 
Cependant, toujours selon Koomadha, le 15 octobre 2020, Soopramanien Kistnen aurait rencontré un certain Ravi. Ce dernier aurait été envoyé par Rudy Appanah et Deepak Bonomally. Le dénommé Ravi lui aurait dit qu’il allait percevoir Rs 5 millions. Rs 3 millions devaient servir à éponger ses dettes et les deux millions restantes à relancer son business.

Scandale pharmaceutique : tempête sur Jonathan Ramsamy, directeur général de la STC

Toujours selon Koomadha Sawmynaden, Soopramanien Kistnen lui aurait dit qu’il avait été déçu de ne pas avoir obtenu un contrat pour le nettoyage des bureaux de la State Trading Corporation. « Il a voulu me dire des choses sur Yogida, surtout concernant des appels d’offres de la State Trading Corporation. Il a menacé d’aller tout dénoncer à des institutions telles que l’Icac », a déclaré Koomadha Sawmynaden. Il estime que Soopramanien Kistnen a été utilisé par un groupe de personnes.

Vendredi 11 Décembre 2020

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.