Politique

Affaire "Karo Kann" : Le député Tarolah a-t-il été piégé ?

Samedi 2 Mars 2019

Une certaine effervescence a régné dans différentes rédactions de l'île lorsque l'express a mis à sa Une, un teasing digne des meilleurs blockbusters : " Après le lalanguegate, voici karokanngate."

Il est question du député n°10 du MSM Tarolah qui "fait encore parler de lui pour les mauvaises raisons" a titré l'express avec un clip vidéo mis en ligne.

Sur la vidéo on pouvait voir la voiture du député circulant dans un champ de cannes. Cet article fait aussi mention de la présence d’une conseillère du village de Montagne Blanche dans la voiture de Kaylan Tarolah.

Réagissant à cette publication, Kaylah Tarolah a consigné une déposition au poste de police de Pointe aux Canonniers, ce samedi 3 mars en compagnie de ses hommes de loi, Me Sanjeev Teeluckdharry et Me Anoup Goodary. 

Le député dément la présence de cette conseillère à bord de sa voiture. « J’étais seul dans ma voiture. J’ai été suivi par des conseillers du village qui ont une vengeance politique contre moi. Ils veulent ternir mon image et salir ma réputation », affirme Tarolah.

Malgré ses explications, Sunday Times a suivi le pas en publiant sa Une de demain sur sa page Facebook concernant cette affaire et mis l'intégralité d'une vidéo en ligne intitulée :"Tarolah droit dans ... caro canne !"

Le député Tarolah a-t-il été piégé ? C'est ce qu'il semble affirmer dans un entretien accordé en toute urgence à une plateforme en ligne ce samedi soir. Sans porter atteinte à l'enquête des deux journaux qui ont pris le parti de révéler cette affaire à la connaissance du public, plusieurs zones d'ombre demeurent.

Affaire à suivre...

A lire également : Pas de poursuites contre Kalyan Tarolah (pour l'instant)
 

Rédigé par E. Moris le Samedi 2 Mars 2019

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.