Menu

Société

Affaire Bruneau Laurette : ce qu'il faut retenir


Rédigé par E. Moris le Jeudi 8 Décembre 2022



Les choses commencent à s'éclaircir dans l'affaire Bruneau Laurette. Grâce aux débats sur la demande de remise en liberté de l'activiste en cour de Moka, l'on en sait un peu plus sur l'affaire.

L'un des points à retenir, c'est que contrairement à ce qu'espéraient les avocats de Bruneau Laurette, le bureau du DPP a objecté à la demande de remise en liberté. Cela est important ! De plus, en écoutant le surintendant de police Rajaram, qui a déposé mercredi, il semble que la police est toujours persuadée de pouvoir envoyer Bruneau Laurette derrière les barreaux pour un bon moment. Personnellement, Pravind Jugnauth aurait préféré envoyer Bruneau Laurette sur les galères romaines... comme à l'ancienne époque. Mais bon! Cela est révolu ! 

Néanmoins, ce que veut ou pas le Premier ministre importe peu. Ce qui compte, c'est la solidité du dossier de la police. Et là, quelques failles sont apparues. Déjà, il ressort que les armes saisies au domicile de Bruneau Laurette ne soit pas réelles. Oui, elles sont factices. Ou du moins l'une d'elles l'est ! Donc, le dossier s'affaiblit un tantinet. De plus, les empreintes retrouvées sur les armes factices appartiennent à Ryan Laurette et non Bruneau Laurette. Junior a obtenu la libération conditionnelle alors que Senior attend toujours ! Mais l'on a aussi appris que c'est le bureau du DPP qui a décidé de ne pas objecter à la remise en liberté sous caution de Ryan Laurette... et non la police. 

Disons que la police ne s'intéresse pas tellement à Ryan Laurette. Il a été au mauvais endroit au mauvais moment. Maintenant, l'autre élément important à retenir, c'est qu'aucune trace d'ADN ou d'empreinte de Bruneau Laurette n'a été retrouvée sur la drogue saisie chez l'activiste. Encore moins dans le coffre de la voiture ! À quel point le dossier de la police s'affaiblit dans cette situation ? Pour les avocats de Bruneau Laurette, c'est un argument supplémentaire pouvant faire valoir une libération sous caution à leur client. C'est déjà ça de pris... en attendant le procès ! 

Pour la police, semble-t-il, cela ne veut rien dire. Du moment que la drogue est retrouvée chez une personne, celle-ci est coincée. Reste à savoir si, comme a tenté de l'insinuer Shakeel Mohamed, la police a été informée de la présence de la drogue dans la voiture de Bruneau Laurette ou si elle a pisté l'activiste. Jusqu'ici, la police n'a pas répondu à cette question. 

Tout cela fait que la séance de ce jeudi, devant la cour de Moka, sera intéressante à plus d'un titre. D'ailleurs, Bruneau Laurette sera entendu à la barre.

Jeudi 8 Décembre 2022

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.