Menu



Justice

Affaire Betamax : Rajiv Servansingh déballe tout


Rédigé par E. Moris le Jeudi 2 Décembre 2021



Affaire Betamax : Rajiv Servansingh déballe tout
Le grand déballage a commencé. Mardi, Rajiv Servansingh a démarré son témoignage devant la commission d’enquête visant à faire la lumière sur les circonstances entourant l’octroi et la résiliation du contrat d’affrètement des produits pétroliers à Betamax.

Le directeur général de la State Trading Corporation a commencé à expliquer le contenu de 22 documents. Et c’est qu’une partie. Il y aurait 8 dossiers pleins à craquer. Notons que l’organisme est représenté par Me Ravi Rutnah.

Rajiv Servansingh a expliqué que tout démarre avec une lettre de la Mauritius Shipping Corporation (MSC) Ltd adressée à la STC. Elle évoque la possibilité d’acquérir un pétrolier pour le transport de produits pétroliers de Mangalore Refineries and Petrochemicals Limited.  S’ensuit une série de lettres mentionnant Rajesh Jeetah, ministre du Commerce à l’époque, ainsi qu’un appel d’offres international.

Mais un document mentionne aussi les réserves du bureau du Sollicitor General qui estimaient que certaines dispositions concernant l’appel d’offres n’ont pas été suivies. Il y a tellement de documents que la déposition de Rajiv Servansingh va s’échelonner sur plusieurs séances.

La prochaine aura lieu aujourd’hui, jeudi 2 décembre. Notons que c’est la juge Carole Green-Jokhoo qui préside la commission d’enquête. Elle a pour assesseurs, Kodados Mosafeer et Telkraj Parbunauth. Veekram Bhunjun, pour sa part, réclame l’arrêt des travaux de la commission d’enquête en cour suprême. L’affaire sera prise ce jeudi toujours devant les juges.

Jeudi 2 Décembre 2021


1.Posté par Gaius Appuleius Dioclès le 02/12/2021 12:30
La montagne accouchera d'une souris.

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.