Menu



Justice

Affaire Bal Kouler : Le journaliste Yaasin Pohrun vole la vedette


Rédigé par E. Moris le Samedi 9 Octobre 2021



Photo profil FB (public)
Photo profil FB (public)
 Le journaliste qui a fait tomber Raj Dayal a témoigné dans l’affaire Bal Kouler vendredi. Rappelons que Yaasin Pohrun est l’un des protagonistes principaux de l’affaire. L’on a appris que son rôle a été davantage que de simplement rapporté la bande-sonore à Radio Plus, où il travaillait à l’époque (en 2016), qui l’a diffusée. 

En fait, il se trouvait au bureau de Me Yousuf Mohamed lorsque Patrick Soobhany est venu apporter l’enregistrement de sa conversation avec Raj Dayal, dans laquelle ce dernier a sollicité des livres de couleurs pour la fête Holi en échange d’un permis. Mieux, l'ancien attaché de presse de Shakeel Mohamed a fait une copie de l’enregistrement en question… ou peut-être plus. 

Il a été longuement interrogé par le représentant du ministère public, Me Abdool Raheem Tajoodeen, et Me Jacques Panglose, l’avocat de Raj Dayal, vendredi. C’était devant la division financière de la cour intermédiaire. C’est devant cette instance que l’ancien ministre de l’Environnement est poursuivi. Yaasin Pohrun a déclaré que le 22 mars 2016, en tant que journaliste, il s’est rendu au bureau de Me Yousuf Mohamed. Et c’est là qu'il a eu connaissance d’une conversation entre Patrick Soobany et Raj Dayal.

Il a aussi confirmé que c'est Me Yousuf Mohamed qui lui a demandé de faire une copie. Et il a insisté qu’il n’a à aucun moment manipulé l'enregistrement. Car c’est justement le point sur lequel veut insiste Me Jacques Panglose. Il a interrogé le journaliste sur le fait qu’il ait été présent à ce moment précis et sur la façon dont il a procédé pour faire des copies. 
L'affaire se poursuivra le 15 octobre.

Samedi 9 Octobre 2021

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.