Menu



Politique

[Affaire Angus Road] Arvin Boolell : « La vérité va éclater. Que ce soit au parlement ou dans les réunions »


Rédigé par E. Moris le Mardi 24 Novembre 2020



Pas de PNQ sur Angus Road les deux prochaines séances. En fait, pas de Private Notice Question du tout. Car le leader de l’opposition sera suspendu les deux prochaines séances de l’Assemblée nationale.

Rappelons que cela fait quatre semaines consécutives qu’Arvin Boolell a axé la PNQ à cette affaire. Le député du MSM, Vikash Nuckcheddy, et celui du PMSD, Patrice Armance, ont également été expulsés lors de cette séance. Le mardi 17 novembre, le député Shakeel Mohamed a lui aussi été suspendu pour quatre séances parlementaires par le speaker, Sooroojdev Phokeer, toujours concernant l'affaire Angus Road.

Rencontrant la presse après la  presse après la Private Notice Question de ce mardi 24 novembre sur l’affaire Angus Road, Arvin Boolell a déclaré que « La loi doit être la même pour tout le monde » car nous vivons dans « un pays où il doit y avoir un Etat de droit, où il ne doit pas avoir d’opacité ».

 « Nou pa pou less sa dossier la dormi »

Selon le leader de l’opposition, « La vérité éclatera. Que ce soit au parlement ou dans les réunions, nous ferons prendre conscience au public que ce gouvernement, sous ce Premier ministre, a fait fi de la provision de loi sous la Money Laundering Act ».

Pour Arvin Boolell, il y a des preuves indiscutables dans l’affaire Angus Road, et le Premier ministre devrait « step down » tout comme l’a fait l’ex Vice Premier ministre, Ivan Collendavelloo suite à l’affaire St-Louis. « Je mets Pravind Jugnauth au défi. Il ne sera pas au pouvoir pour l’éternité. Ses jours sont comptés. Tribunal lepep dimanche in condamne li. On demande à ce qu’une commission d’enquête avec, à sa tête un juge indépendant, soit instituée.» 

Le Dr Arvin Boolell a aussi accusé Sooroojdev Phokeer de partialité. Il invite les Mauriciens à s'en rendre compte par eux-mêmes.

 

Mardi 24 Novembre 2020

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.