Politique

Ackbarally Arekion nouvelle HR Manager de la SICOM ?

Dimanche 14 Juillet 2019

Elle n'aurait pas eu peur de Sanspeur très longtemps. Celle qui a claqué la porte de Landscope Mauritius comme Head of Human Resource and Administration  semblerait vouloir faire le grand écart avec un autre organisme public.

Dans la lettre qu’elle a remise à la Chief Executive Officer, Naila Hanoomanjee, Ackbaree Arekion affirme que sa décision fait suite à un "clash" qu’elle a eu avec le président du conseil d’administration Gérard Sanspeur.  

La haut cadre soutient qu’elle a été insultée et menacée. D’où sa décision de démissionner en donnant un mois de préavis. Cependant, elle va prendre les congés qui lui restent.   

Il se murmure que Ackbarally Arekion serait très prochainement la nouvelle HR Manager de la compagnie d’assurance State Insurance Company of Mauritius Ltd (SICOM) après son coup d'éclat à Landscope Mauritius.

C'est rare qu'une personne qui va rejoindre un organisme de l'Etat fasse un "tamtam" et démissionne en évoquant un clash verbal. Surtout après une situation conflictuelle avec les syndicats.

Elle ira donc s'installer dans les locaux de l’ex-Gooljaury Tower à Ébène, rachetée dans les circonstances que l’on sait par la SICOM. En effet, c'est en pleine tempête sur Nandanee Soornack que l’affaire du bâtiment avait fait surface. 

Ackbarally Arekion travaillera parmi les têtes nommées sur le conseil d’administration de la compagnie d’assurances étatique, nul autre que le senior advisor au bureau du Premier ministre. Après Air Mauritius, SBM Holdings, le Board of Investment et Postal Authority, Prakash Maunthrooa a rajouté un conseil d’administration supplémentaire à son palmarès. Le même qui fait face à un procès relatif à l’affaire Boskalis, dans laquelle cet ancien directeur général de la Mauritius Ports Authority est accusé de complicité.

 

Rédigé par E. Moris le Dimanche 14 Juillet 2019

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.