Justice

Accident mortel et hit-and-run: un mois de prison pour avoir tué sous l'emprise de l'alcool

Samedi 21 Juillet 2018

Indignation des proches de Jérôme Tennant suite au verdict six ans après le drame. Un mois de prison pour un accident entraînant la mort d'un cycliste de 38 ans, percuté de plein fouet par un chauffard sous l'emprise de l'alcool avec hit-and-run.


Une lettre ouverte est largement partagée sur les réseaux sociaux écrite par Gérard Chasteau de Balyon qui fait suite au verdict de la Cour intermédiaire. Elle est adressée au Directeur des Poursuites Publiques (DPP) afin de l'interpeller sur les incohérences de notre système judiciaire.  

Le mercredi 18 juillet 2018, la magistrate Jaulimsing de la Cour intermédiaire a trouvé le conducteur M.Dheeraj Takooree coupable et lui a infligé les peines suivantes:
Un mois de prison et deux amendes de Rs. 50,000 et deux amendes de Rs. 10,000.                           

 

Accident mortel et hit-and-run: un mois de prison pour avoir tué sous l'emprise de l'alcool
Rappel des faits: 

Le 10 mai 2012, sur l’autoroute à hauteur de Nouvelle-France, Jérôme Tennant accompagnait des cyclistes du Vélo Club des Jeunes Cyclistes de Curepipe.

Le cycliste de 38 ans et père d’un enfant de trois semaines a été tué sur le coup, 
percuté par une conducteur sous l'emprise de l'alcool et qui a pris par la suite la fuite avant de se rendre aux autorités le lendemain.

Lors de cette sortie cycliste, il y avait deux pelotons. 

La voiture a percuté le premier peloton où se trouvait Jérôme Tennant. Plusieurs de ses compagnons de route ont été blessés. Philippe Colin, champion national cycliste et David Bathfield, une ancien international de football qui avait aussi porté les couleurs du Dodo Club dans les années 1970-80, qui lui se retrouve aujourd’hui tétraplégique et condamné à une chaise roulante pour le restant de sa vie à la suite de cet accident. 

La violence du choc a été telle que des coureurs ont été projetés sur le bas-côté et Jérôme Tennant traîné puis retrouvé sur le capot de la voiture du chauffard en fuite. 

Jérôme Tennant, passioné de vélo et surtout connu dans le monde hippique – était propriétaire de chevaux qui ont remporté plusieurs courses –, il a laissé derrière lui sa jeune épouse et maman de leur petite fille Victoria âgée de trois semaines. 

Dhiraj Taukooree, père de trois enfants, soudeur de profession serait réputé dans sa localité pour son penchant pour la bouteille. Il a déclaré par ailleurs dans sa déposition à l'époque qu’il n’était détenteur que d’un Learner’s Licence. Une charge provisoire d’homicide involontaire a été retenue contre lui tandis que son cousin a fait, lui, l’objet d’une accusation de non-assistance à personne en danger. L'alcootest pratiqué sur Dhiraj Taukooree s’est révélé positif, soit dix-sept heures après que l’accident s’est produit. 78 milligrammes d'alcool par litre d’air expiré alors que la limite prescrite est de 23.

Trois fois la limite autorisée !

 

Lors du Budget 2018-2019, l'hécatombe sur nos routes n’avait pas laissé insensible le Premier ministre.

Pravind Jugnauth avait décidé d’appliquer des mesures plus sévères afin d’assurer la sécurité des usagers de la route.
Face aux drames cruels pour les familles, il avait donné l’assurance en parlant du gouvernement que :
«notre résolution pour améliorer la sécurité routière restera inébranlable».
Il a demandé que la loi soit amendée afin d’appliquer des amendes plus sévères pour les infractions liées au trafic routier, incluant l’excès de vitesse, la conduite en état d’ivresse ou sous l’influence de drogue de même que la conduite dangereuse.

Une des sanctions-phares est la tolérance zéro d’alcool dans le sang pour les chauffeurs.

Ce qui signifie que le taux d’alcoolémie de 23 mg dans le sang ne sera plus autorisé.

LETTRE OUVERTE AU DPP

Monsieur Le Directeur des Poursuites Publiques
Cher Maître 

A l’heure où un débat national bat son plein à travers les travaux de l’assemblée législative, et ce par rapport au taux d’alcool permissible dans le sang d’un conducteur alors qu’il conduit; L’Express.mu nous avise que le mercredi le 18 juillet devant la magistrate Jaulimsing de la Cour intermédiaire a trouvé le conducteur M.Dheeraj Takooree coupable et lui a infligé les peines suivantes:
- Un mois de prison
- Deux amendes de Rs. 50,000
- Deux amendes de Rs. 10,000.                                       

Voyons de quoi Takooree était accusé et trouvé coupable. 

1. Il a balayé un groupe de cyclistes alors que ces derniers étaient dans leur droit chemin. 
2. En ce faisant,
-  il a causé la mort d’un jeune homme d’une trentaine d’années, tout juste père d’un enfant d’un mois. M. Jérôme Tennant.
-  il a blessé un autre cycliste d’une quarantaine d’années. M. Colin                                       
-  il a grièvement blessé un troisième cycliste, M. David Bathfield aujourd’hui tétraplégique et condamné à une chaise roulante pour le restant de sa vie. 

Il est interessant de noter ce qui suit:

1. Le conducteur conduisait sous l’influence de l’alcool. Pas moins de 78 g/ litre. ( Je fais remarquer qu’aujourd’hui les autorités parlent d’un taux maximum de 20 g/litre)
2. Il n’a même pas eu la décence de rapporter l’accident au poste de police.
En l’occurrence « Hit and run » 

En France, conduire en état d’ébriété ayant causé mort d’homme peut attirer €100,000 d’amende et 7 ans d’emprisonnement ferme.

Permettez moi de m’indigner de cette sentence on ne peut plus clémente envers quelqu’un responsable de mort d’homme, de même que d’avoir ruiné la vie de toute une famille en envoyant le père de 4 enfants en chaise roulante pour le reste de sa vie.  

C’est quoi cette gabegie Monsieur le DPP? 

Pour des délits bien moindres, vous savez que des accusés se prennent 6 mois de prison. 
Là, un mois et quelques milliers de roupies d’amendes? 

C’est scandaleux et révoltant, sans compter que c’est indigne d’une justice pas du tout à la hauteur de ses responsabilités. 

Un grand ami à moi, Me. Robert Ahnee, me disait un jour que l’homme le plus puissant du pays était le DPP. 

Je vous demande donc solennellement et respectueusement, de faire appel de ce jugement hautement inique et qui intervient pas moins de 6 ans après les faits! 

Ce, au nom de l’équité et aussi au nom d’une justice qui saurait attirer le respect du citoyen plutôt que de participer à faire perdurer la perception très présente dans la population que le judiciaire est biaisé, dans le sens de «  get figir » et que c’est plutôt l’impunité qui est la règle. 

Comment voulez-vous que d’autres conducteurs imprudents réagissent à cette sentence d’enfant de cœur! 

«  Boire to la vie mo frère! Pas kass la tête! Meme to touye kikène Kenyan to saoul lor volant, to nec risquer ene moi dans prison ek ene ti l’aman! »

Je vous en remercie à l’avance. 

Gérard Chasteau se Balyon. 
Beau frère de M. David Bathfield 

PS. Vous êtes libre de partager cette publication au plus grand nombre.

http://<iframe src= http://