Justice

Accident mortel de Jérome Tennant : le DPP conteste la condamnation d’un mois de prison

Mercredi 1 Août 2018

Accident mortel de Jérome Tennant : le DPP conteste la condamnation d’un mois de prison
Le Directeur des poursuites publiques (DPP) a déposé son appel au greffe de la Cour suprême vendredi dernier.

Me Satyajit Boolell, Senior Counsel, conteste la condamnation d’un mois de prison de la cour intermédiaire infligée à Dheeraj Takooree, le mercredi 18 juillet par la magistrate Gayan-Jaulimsing de la Cour intermédiaire.

Un mois de prison et Rs 120 000 d'amendes pour Dheeraj Takooree reconnu coupable de l'accident survenue le 10 mai 2012.                 

L'affaire remonte à six ans, le 10 mai 2012. Jérôme Tennant un cycliste de 38 ans est percuté de plein fouet par un chauffard sous l'emprise de l'alcool (78 mg trois fois la limite autorisée) et un hit-and-run. 

Le conducteur Dheeraj Takooree fera deux autres blessés. Philippe Colin, champion national cycliste et David Bathfield, un ancien international de football qui avait aussi porté les couleurs du Dodo Club dans les années 1970-80 et qui se retrouve aujourd’hui tétraplégique et condamné à une chaise roulante pour le restant de sa vie. 

Dans son document, le DPP fait le lien entre l’affaire Gordon Lennon et celle de Dheeraj Takooree. Il rappelle que Lennon avait mortellement percuté un policier qui était à motocyclette, le 23 décembre 2012, à Flic-en-Flac.

Le conducteur était sous l’effet de l’alcool lors de l’accident. Poursuivi devant la cour intermédiaire, il avait écopé de Rs 50 000 d’amende.

Le DPP avait fait appel. Mais la cour a maintenu l’amende.

Dans le cas de Dheeraj Takooree, Me Satyajit Boolell estime que la magistrate aurait dû prendre tous les faits en considération avant de condamner à un mois de prison Dheeraj Takooree.

 

Rédigé par Administrateur ZinfosMoris le Mercredi 1 Août 2018

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.