Faits Divers

Accident fatal à Petite Retraite : le conducteur avait été contrôlé par la police peu avant le drame

Mercredi 3 Octobre 2018

Rebondissement dans l’enquête concernant l’accident fatal survenu à Petite Retraite aux petites heures samedi. Kushal Jhuree, le conducteur de la voiture qui a fait une sortie de route, tuant ainsi Bhavna Ramdoyal, avait été contrôlé par les membres de la Special Mobile Force trois minutes avant le drame. 

C’est à proximité du collège d’État à Bon-Accueil que la police avait installé un barrage routier. Sauf que les policiers et soldats sur place ce jour-là n’ont rien remarqué d’anormal. Ils ont donc autorisé Kushal Jhuree, qui était en compagnie de sa fiancée, à reprendre la route. 

Pourtant, ce dernier devait avoir plus de 50 microgrammes d’alcool dans le sang à ce moment-là !

Car l’éthylotest effectué vers 7 heures, samedi matin, a indiqué 50 microgrammes d’alcool dans le sang de Kushal Jhuree. Rappelons que le taux d’alcool baisse par 10 microgrammes chaque heure. 

Lors de son interrogatoire, Kushal Jhuree a confirmé qu’il était au volant lorsque le véhicule a été stoppé au barrage routier. Les policiers n’ont-ils pas réalisé qu’il était sous l’influence de l’alcool ? A-t-il pu tromper leur vigilance ? Et si oui, comment ? Ce sont autant de questions auxquelles les enquêteurs veulent des réponses. 

En tout cas, selon Kushal Jhuree, c’est Bhavna Ramdoyal qui était au volant du véhicule au moment de l’accident. Il a précisé qu’après ce contrôle, il lui avait cédé le volant parce qu’il était fatigué.

Selon sa version, c’est deux minutes avant l’accident qu’il a changé de place avec sa fiancée, qui perdra la vie dans cet accident. Kushal Jhuree se serait endormi par la suite et fut réveillé quand la voiture a fait plusieurs tonneaux.

Rédigé par E. Moris le Mercredi 3 Octobre 2018

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.