Justice

Abus sexuel sur mineur : Le père Moctée devra patienter concernant sa sentence

Lundi 26 Août 2019

Trouvé coupable d'attentat à la pudeur sur mineur, le père Joseph Moctée devra attendre les conclusions du rapport social, demandé par la cour, avant de connaître sa sentence

Celle-ci devait être divulguée ce matin, mais la magistrate Ida Dookhy-Rambarun, de la cour intermédiaire, a indiqué qu'une enquête sociale était nécessaire avant de déterminer la sentence appropriée. 

Le prêtre a de nouveau rendez-vous en cour le 25 septembre.

Pour rappel, le père Joseph Moctee est accusé d’attouchements sur un adolescent de 15 ans et a fait l'objet de trois accusations d'attentat à la pudeur. Cela se serait passé en 2015 à Chamarel.  

Cette sombre affaire d'abus sexuel a éclaté en avril 2015 lorsque un adolescent, alors âgé de 15 ans, se rend à la police pour porter plainte, alléguant qu’il a subi des attouchements sexuels dans la nuit du 25 avril au 26 avril de la même année.    

Le jeune homme, qui était alors servant d’autel, allègue que Joseph-Marie Moctee les aurait invités, son ami et lui, pour la nuit. Des avances sexuelles de l'homme d’Église auraient eu lieu.    

Traumatisé, ce n’est qu’un mois plus tard que la victime présumée s’est confié à ses proches. Ses parents ont alors sollicité l’avis d’un autre prêtre qui les a référés au Diocèse de Port-Louis. La plainte est aussitôt redirigée vers la Child Development Unit, qui a initié une enquête.    

Le père Joseph-Marie Moctee a été arrêté le 14 juillet 2015. Il a recouvré la liberté après avoir fourni une caution de Rs 10 000 et signé une reconnaissance de dettes de Rs 25 000.    

Il est désormais interdit au Père Moctee d’exercer quelque ministère que ce soit avec des mineurs et d’avoir tout contact avec eux. Il a retenu les services de Me Bernard Marie. 

 [EXCLUSIF] ILE MAURICE: L’EGLISE SANCTIONNE UN PRÊTRE POUR ABUS SEXUEL  
 

Rédigé par E. Moris le Lundi 26 Août 2019

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.