Menu



Politique

Abracadabrantesque ! Deux Chief Whip actionnent le levier de la justice


Rédigé par E. Moris le Mardi 8 Décembre 2020



Le Chief Whip de l'Opposition Shakeel Mohamed réclame justice et initie une action en Cour suprême contre le Speaker de l'Assemblée ce mardi et parallèlement, la Chief whip Naveena Ramyead a déposé une motion concernant le député travailliste.

C'est ainsi que le Deputy Speaker, Zahid Nazurally a passé au vote une « privileged complaint », qui fait suite à une interview de Shakeel Mohamed le 22 novembre dernier dans l’hebdomadaire Week-End, sous le titre, « J’envisage de trainer le Speaker devant la cour suprême ». Naveena Ramyead estimant qu’il s’agit là d’un cas de Contempt of the Assembly, section 6 (1) (s) du National Assembly Privileges, Immunities and Powers Act. Des actions légales seront donc prises à l’encontre de Shakeel Mohamed. 

Shakeel Mohamed demande à la Cour suprême de déclarer la décision de le suspendre de l’Assemblée nationale comme nulle et non avenue.

Shakeel Mohamed a saisi la Cour suprême suivant sa suspension de l'Assemblée nationale. Il dit qu'en sus d'être un élu du peuple, il est aussi le Chief Whip de l'Opposition et que la suspension de quatre séances parlementaires l'empêche de faire son travail. Le député travailliste estime que le Speaker a agi de concert avec le Premier ministre, pour le sanctionner injustement et arbitrairement parce qu'il avait contesté une déclaration du Speaker en disant que "it is ridiculous"

Le Temple de la démocratie transformé en Lacaze Mama MSM : " expulsions, insultes et bassesse"

Le député du no. 3 soutient que le comportement de Sooroojdev Phokeer est anti-constitutionnelle, affecte la démocratie parlementaire et empiète sur ses droits constitutionnels en tant que membre du Parlement. Selon lui, ces propos ne sont pas antiparlementaires et n’ont été prononcés que dans un contexte particulier, où le Speaker « aurait agi de manière abusive et irrationnelle ».

Shakeel Mohamed note également « l’inaction » du Speaker après plusieurs incidents parlementaires, dont celui du ministre Bobby Hurreeram à son égard, les propos tenus par le Premier ministre contre le DPP, les remarques faites contre Indira Manrakhan ou encore le« Eta ale do boufon » du Premier ministre.

Le Whip de l’opposition demande que la justice émette un ordre indiquant que le Speaker de l’Assemblée national a enfreint de manière flagrante les sections 1, 3, 12, 16, 31 et 48 de la Constitution.

L’affaire sera appelée le 14 janvier 2021 à 9h30

 

Mardi 8 Décembre 2020

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.