Environnement

Abattage de chauves-souris : Le ministre Seeruttun signe et persiste

Samedi 9 Février 2019

Le ministre de l’Agro-industrie, Mahen Seeruttun, tenant une pancarte énumérant les espèces protégées, dont notre chauve-souris.
Le ministre de l’Agro-industrie, Mahen Seeruttun, tenant une pancarte énumérant les espèces protégées, dont notre chauve-souris.
La presse française, notamment «Le Figaro» a récemment émis de virulentes critiques sur Maurice pour sa campagne d’abattage de la roussette. Le quotidien rappelle que le pays est signataire de la Convention sur la diversité biologique adoptée lors du Sommet de la Terre à Rio de Janeiro en 1992.

A La Réunion, le Journal de l'île fait écho en suggérant que la roussette mauricienne se trouvait désormais dans un nouveau refuge à La Réunion face à la décision du gouvernement d'exterminer l'espèce. 

Le ministre Mahen Seeruttun qui participait à la célébration de la journée mondiale des zones humides à l’estuaire de Roche-Bois, a répondu face aux critiques. 

Le ministre de l’Agro-industrie avance que l’abattage a pour seul but de contrôler la population des chauves-souris et non pas de l’éradiquer.

 « C’était la décision à prendre pour gérer la population de chauves-souris et veiller à ce qu’elles ne deviennent pas une nuisance et incontrôlable/ Nou tou kone ki popilasyon finn ogmante, nu mem truv zot dan centre-ville».  

Photo : Le ministre de l’Agro-industrie, Mahen Seeruttun, tenant une pancarte énumérant les espèces protégées, dont notre chauve-souris.

Image du jour : Heureusement que le ridicule ne tue pas !

Rédigé par E. Moris le Samedi 9 Février 2019