Menu



Société

A l'île Maurice, les touristes ne seront pas au rendez-vous avant le 15 janvier 2021


Rédigé par E. Moris le Mercredi 18 Novembre 2020

La reprise des vols internationaux réguliers au départ et à destination de l’île Maurice ne devrait pas avoir lieu d’ici la mi-janvier.



Entre le 19 mars et le 1er octobre 2020, Maurice a fermé ses frontières et a des conséquences désastreuses sur l'économie du tourisme.

Une réouverture partielle depuis est en vigueur. Mais les conditions drastiques de cette réouverture en dissuadent plus d’un, avec cette (contraignante et chère) quatorzaine obligatoire. Une quarantaine rappelons-le, payée de la poche des touristes, avec obligation de rester entre les quatre murs d'une chambre d'hôtel.

Statistics mauritius, l’organisme gouvernemental chargé de faire les comptes, a publié un rapport sur les chiffres du tourisme sur la période allant de janvier à octobre 2020, l’effet coronavirus ne fait aucun doute, une baisse de 72,2% par rapport 2019 a été constatée.
 
De son côté, le gouvernement campe sur ses positions à la suite d'un cas local détecté le 12 novembre dernier, après six mois sans aucun nouveau cas autochtone. La perspective d'une levée de la quatorzaine obligatoire s'éloigne encore un peu plus ainsi que la troisième phase qui consiste en la réouverture totale du pays.

Rien ne devrait bouger au niveau des frontières mauriciennes jusqu’au 15 janvier de l’année prochaine.

Dans une NOTAM (Notice to Airmen), adressée par le Département de l’Aviation civile, lundi, à l’International Civil Aviation Organization (ICAO), il annonce un nouveau prolongement de la fermeture des frontières aux vols commerciaux, à quelques exceptions près. 

La seconde phase a démarré le 1er octobre et a permis l’ouverture des frontières pour deux vols commerciaux par semaine de et vers Paris et un vol de et vers La Réunion ainsi qu’un vol hebdomadaire sur Dubaï.

Mercredi 18 Novembre 2020

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.