Menu



Santé

A l'île Maurice, les autorités banalisent le nombre de décès lié au Covid-19


Rédigé par E. Moris le Dimanche 24 Octobre 2021



Si le Premier ministre insiste pour dire « Il n’y a pas de nouvelle vague ». Personne n'est dupe. Les chiffres de la Santé sont manipulés et faussés pour donner l'impression que la gestion sanitaire est "sous contrôle". Sauf que le nombre de morts liés au Covid-19 s’allonge.

Alors que le ministre de la Santé Kailash Jaguptal, fait état au compte-goutte des décès, de sources officieuses et crédibles, le nombre de personnes positives mortes seraient plus élevés que les chiffres du ministère. L'accent est mis sur les victimes qui ne sont plus là pour se défendre et accusé presque « de pas avoir reçu de vaccin.» Un vaccin rappelons-le, venant de Chine, de l'Inde ou de Russie et qui ne sont bien souvent toujours pas validés par l'OMS. 

18 personnes, testées positives au Covid-19 sont décédées en une semaine. C’est ce que le ministre de la Santé a annoncé en conférence de presse vendredi.

Kailesh Jagutpal a déclaré très calmement que 14 des 18 défunts avaient des comorbidités et 4 seulement étaient totalement vaccinés. Parmi les patients décédés, six étaient âgés de moins de 60 ans. Et, les 12 autres étaient âgés de plus de 60 ans. Sans compter que 31 patients testés positifs à la Covid-19 sont admis au New ENT Hospital, à Vacoas. Parmi, six sont placés sous respiration artificielle. Ils sont complètement vaccinés.

Il a aussi indiqué que sur 29 échantillons, 20 cas du variant Delta ont été détectés. Ces échantillons ont été prélevés du 28 septembre au 13 octobre. 6 de ces cas sont importés alors que 23 cas sont locaux. Kailesh Jagutpal a aussi indiqué que depuis le 19 mars dernier, le nombre de décès s’élève à 137. Concernant Rodrigues, il y a actuellement 5 cas actifs. Tous sont des cas importés de Maurice. 






 

Dimanche 24 Octobre 2021


1.Posté par Yan le 24/10/2021 20:11
Comment pouvez vous écrire de telles inepties ?

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.