Menu



Politique

A l'heure du pillage des fonds publics, le discours sur la pauvreté de Pravind Jugnauth ne passe pas


Rédigé par E. Moris le Dimanche 17 Octobre 2021



A l'occasion de la journée internationale pour l’éradication de la pauvreté, Pravind Jugnauth face à l'assistance, a lancé un énième appel à la solidarité nationale ce dimanche 17 octobre.

Comme pour donner plus de poids à son discours, il a fait ressortir que « l’éducation est un outil efficace pour combattre la pauvreté ». Pravind Jugnauth, s'obstine à vanter ce qu'il estime être du  : « bon travail » et n’a pas manqué, comme à son habitude de revenir sur toutes les mesures sociales mises en œuvre.

Si l'année dernière, à la même date pour la même occasion, Pravind Jugnauth avait affirmé que « Des fois nous ne chantons pas suffisamment nos propres louanges », il a de nouveau appeler à la responsabilité de toute la population à faire des efforts. Pour le chef du gouvernement, c'est par le travail assidu qu'on peut sortir de la pauvreté. 

Pourquoi autant d'écart entre le discours et les actes?

Malgré les appels répétés de Pravind Jugnauth à l'unité de la nation, le discours passe mal. Le leader du MSM semble oublier qu'en période de crise, fermer le parlement pour offrir des vacances parlementaires, est considéré comme une insulte par les Mauriciens. Subventionner des anciens présidents de la République à coups de millions et de privilèges ou jeter près de Rs 450 000 millions dans un contrat avec un club de football en pleine pandémie, rajoute de la colère.

Le leader du MSM, n'a pas oublié de lancer quelques piques envers ses détracteurs. « Ena dimoun malerezman pe swazir  maler dimoun, lamor dimoun, pou fer politik lor kadav dimoun ». Pravind Jugnauth fait ainsi référence à la manifestation qui a rassemblé des Mauriciens dans les rues de la capitale mais aussi l'opposition unie pour l'hommage à l'ancien agent du MSM décédé dans des circonstances troublantes. 

Dimanche 17 Octobre 2021

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.