Menu

Politique

8 questions pouvant brûler le Parlement


Rédigé par E. Moris le Mardi 26 Juillet 2022



À l’Assemblée nationale ce mardi, 8 interpellations figurant à l’ordre du jour ont trait à l’affaire de sniffing allégué. C’est dire qu’il y a au moins 8 possibilités de mettre le feu au Parlement. Toutes les interpellations sont adressées au Premier ministre. Et compte tenu de l’atmosphère ambiante, il est certain que les critiques et les attaques vont fuser.

Les élus de la majorité ne manqueront pas l’occasion de se porter au secours de leur Premier ministre. Il faut protéger le soldat Pravind ! Ils vont faire rempart de leurs corps… Quant à l’opposition, elle est comme un carnassier qui a senti l’odeur du sang et de la mort. Elle va frapper à la jugulaire. Du moins tenter ! Bref, ce sera comme dans « Le secret des poignards volants ». Âmes sensibles s’abstenir…

Force est de constater qu’au moins cinq députés du PTr vont interpeller le Premier ministre sur cette affaire. C’est tout dire ! Osman Mahomed veut savoir si l’exercice mené à Baie-de-Jacotet le 15 avril dernier contrevient aux dispositions des accords du consortium. Il veut aussi savoir si le board de Mauritius Telecom était au courant de toute l’affaire. Arvin Boolell et Patrick Assirvaden veulent savoir combien de fois Girish Guddoy, ancien Chief Technical Officer de Mauritius Telecom, a été convié au Bâtiment du Trésor. Eshan Juman évoquera le data capture alors que Ritesh Ramful veut des détails sur la nature de la menace à la sécurité en question. Puis, il y a Nando Bodha. Il veut connaître les qualifications de chacun des membres s’attardera de l’équipe technique indienne. Les pompiers feraient mieux de demeurer en stand-by !

Mardi 26 Juillet 2022

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.