Menu



Société

186e anniversaire de l'arrivée des premiers migrants indiens à Maurice


Rédigé par E. Moris le Lundi 2 Novembre 2020



L'île Maurice célèbre ce lundi 2 novembre, le 186e anniversaire de l’arrivée des premiers migrants indiens à Maurice.

Un hommage aux coolies, travailleurs engagés indiens qui ont débarqué en nombre sur l’île, à partir du 2 novembre 1834 et l’arrivée du bateau L’Atlas sur les quais de Port-Louis, avec à son bord les 72 premiers engagés, simples laboureurs, en provenance de Calcutta. Le mot "kuli" en tamoul signifie salaire.

450.000 travailleurs engagés indiens ont débarqué à Maurice

L'Aapravasi Ghat (en hindi Aapravasi qui se traduit par immigré et Ghat, abri temporaire), implanté à Trou Fanfaron, à l'entrée Nord de Port-Louis a été le lieu de débarquement, avec une quarantaine sanitaire obligatoire sur place à l'arrivée, de quelque 450.000 hommes et femmes, qui vont contribuer à bâtir l’île Maurice, pour un salaire mensuel de cinq roupies, soit 0,13 centime d’euro. Le site est classé au patrimoine mondial par l’UNESCO depuis le 12 juillet 2006.

D’autres vagues d’immigration de grande ampleur se poursuivront en provenance de Bombay, Calcutta ainsi que de Madras, et ce, jusqu’en 1920. 

Plus de la moitié des coolies ont décidé de rester à l’île Maurice

En manque de main-d'œuvre servile après l'abolition de l'esclavage promulgué le 1er février 1835, avec l'interdiction de la traite négrière, l'industrie sucrière de l'île Maurice alors sous empire britannique a recours à des travailleurs sous contrat, pour pallier l’absence de centaines de milliers d'esclavages africains bientôt affranchis.

Ainsi, plus de la moitié des coolies ont décidé de rester à l’île Maurice, à la fin de leur contrat de cinq ans et de ne pas faire le voyage retour vers leur pays d’origine.

Ce 186e anniversaire des travailleurs engagés indiens à l'île Maurice sera marqué par toute une série de manifestations et spectacles en souvenir de l'héritage des coolies.

Lundi 2 Novembre 2020

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.