Justice

14 membres d’AKNL sont mis en demeure par Omnicane

Mardi 29 Janvier 2019

«Les Pas Géométriques sont des State Lands, soit terres de l’État et non pas terrains privés. C’est un bien commun appartenant à la nation mauricienne toute entière.» Arek Kokin Nu Laplaz (AKNL).


Jacques d’Unienville, CEO d’Omnicane, lors de la prière annuelle au kovil Amma Tookay, le 17 juin 2018.
Jacques d’Unienville, CEO d’Omnicane, lors de la prière annuelle au kovil Amma Tookay, le 17 juin 2018.
La compagnie Omnicane  a fait servir une mise en demeure à 14 activistes engagés dans la protection de l’environnement appartenant au collectif Arek Kokin Nu Laplaz (AKNL).

Dans la mise en demeure, rédigée par la BLC Robert & Associates, les membres d’AKNL sont rappelés qu’ils ne peuvent pas empiéter sur les terres d’Omnicane et qu’ils doivent s’abstenir d’y organiser des rassemblements, faute de quoi ils seraient passibles d’une amende de Rs 75 000.

Pour rappel, le collectif avait lancé un appel au groupe Omnicane, qui envisage de mettre sur pied une Smart City à Mon Désert, afin de préserver les Pas Géométriques et de garantir que l’accès à cette partie de la plage restera ouvert au public mauricien.

Le collectif Arek Kokin Nu Laplaz (AKNL) n'est pas le seul à pointer du doigt Omnicane. Les membres de Lalit avaient ciblé le groupe Omnicane lors de la construction d’une route allant directement d’un de ses morcellements à l’aéroport.

Selon le communiqué du groupe qui a souhaité donner sa version, la  route été construite sur les terres d’Omnicane.

Sauf que c’est le gouvernement qui a payé les frais de construction, et que c’est dans le budget !

En photo : Jacques d’Unienville, CEO d’Omnicane, lors de la prière annuelle au kovil Amma Tookay, le 17 juin 2018.

 

Rédigé par E. Moris le Mardi 29 Janvier 2019

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.