Menu



Société

▶️ Visite du château du Shah d'Iran, Reza Khan Chah Pahlavi à Moka, île Maurice


Rédigé par E. Moris le Jeudi 26 Septembre 2019

Bien moins illustre que son fils Mohammad Reza qui fut le dernier Shah d’Iran, Reza Shah Pahlavi est pourtant l’empereur de Perse ayant le plus contribué à la modernisation de son pays pendant l’entre-deux-guerres.



Reza Shah Pahlavi (1878-1947) est le fondateur de la dynastie éponyme qui gouverna l’Iran jusqu’à la Révolution islamique de 1979. Lorsqu’il se saisit du pouvoir à la suite d'un coup d'Etat militaire en 1921, Reza Shah met en place une politique de modernisation à grande échelle.

Le commandant en chef des armées et ministre de la Guerre, reconquiert le territoire iranien et y impose l’autorité de Téhéran. Il parvient à accéder au pouvoir suprême d’une dynastie nouvelle, la sienne, celle des Pahlavi se couronnant lui-même en 1926.

Reza Shah limite le pouvoir, restreint les libertés, interdit les partis politiques et ferme les journaux indépendants. Son autoritarisme s’accentue dans les années 1930, appuyant son pouvoir sur un puissant appareil policier. 

Le Shah d'Iran éconduit de son poste de chef d'état dans son pays et forcé à abdiquer, fut assigné à résidence à l'île Maurice, à Val Ory sous la surveillance des forces britanniques de l'époque. L'exil du Shah se poursuivit en Afrique du Sud où il mourut à Johannesbourg en 1944.

La sépulture de Reza Chah Pahlavi, mort en 1944, avait été profanée lors de la révolution de 1979. Le corps du Chah n'a jamais été retrouvé. Son héritier, Mohammad Reza Pahlavi, le dernier Shah d’Iran, connait le même destin et doit quitter Téhéran, le 16 janvier 1979, pour ne plus jamais y revenir après avoir succédé à son père. Le “Roi des Rois" autoproclamé a été contraint à l’exil par la colère de son peuple, après un an de manifestations, souvent réprimées dans le sang. Son départ a permis le retour triomphal, le 1er février, de l'ayatollah Rouhollah Khomeiny et la victoire de la Révolution islamique. 

A Maurice, chaque année le château Val Ory, propriété de l'Iran, fait l'objet de spéculations de vente ou de rumeurs de la part de la presse. 

Cette belle demeure et ses quatre arpents malgré une végétation sauvage et un aspect abandonné, reste néanmoins un bijou architectural. (Voir la vidéo filmée et mis en ligne par des Iraniens en visite à Maurice). Dessinée par l’architecte Pierre Joseph Aristide Regnard, elle a appartenu à sa famille avant d’être vendue à René Lecoultre. 

Val Ory se distingue aussi comme étant le lieu ayant abrité deux visiteurs en résidence surveillée.

Le premier, Milan Stoyadinovich, ancien premier ministre yougoslave y séjourna en 1941. Soupçonné d'être rattaché à une politique pro-allemande à l'époque, il fut envoyé à Maurice en exil. Le deuxième éminent étranger à avoir pris demeure à Val Ory n'est autre que l'éminent Shah d'Iran.  

Une réhabilitation des lieux, financé par l'état iranien fut commencé en 2007 mais jamais terminé. A ce jour les murs qui entourent la propriété protège la résidence des regards et la question reste posée si elle retrouvera un jour son faste et sa splendeur.

Si une éventuelle mise en vente du château Val Ory par le gouvernement iranien fuite, aucune suite ne sera donnée par la suite. Il sera même question d'une énième réhabilitation du château Val Ory conjointement mené entre Maurice et l'Iran, le but étant d’en faire un élément important de l’héritage culturel iranien. C’est ce qui était ressorti d’une réunion, le 10 octobre 2017, entre Vishnu Lutchmeenaraidoo, le ministre mauricien des Affaires étrangères, et Mohammad Moniri Nik, ambassadeur de l’Iran à Maurice.

 


Jeudi 26 Septembre 2019

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.