Menu


Société

▶️ Répression contre la presse à l'île Maurice : Un clip devient viral sur le net


Rédigé par E. Moris le Jeudi 19 Septembre 2019



Un clip a été mis en ligne sur les réseaux ce jeudi 19 septembre par la page «EnOugh is EnOugh». Il reprend les incidents et tentatives d'intimidation envers les membres de la presse mauricienne sous le mandat du clan Jugnauth.

Un clip qui reprend tous les sujets traités par La Rédaction de Zinfos Moris concernant la manipulation avec l'arrivée de récentes radios et plateformes en ligne financées par les proches de Lakwisin.

L'île Maurice est-elle en train de connaître son "printemps arabe" ?

Ils sont de plus en plus nombreux à braver la loi Gobin/Jugnauth sur le net, qui a pour but de museler la liberté d'expression dans le pays. Après la page de Shameem Korimboccus "La vérité ki pou dérange Zot  ", on voit apparaître des pages comme Titalbér - Pinokyo entre autres qui prennent plaisir à narguer la gouvernement. Plusieurs facteurs indiquent que les mauriciens résistent et s'insurgent contre les lois répressives du gouvernement pour les faire taire. Des similitudes qui ne sont pas sans rappeler le début du "printemps arabe" en Tunisie.

L'île Maurice n'est plus un état de droit mais un état policier

Pour rappel, le 9 novembre dernier, Pierrot Dupuy, directeur des publications de Zinfos974 et Zinfos Moris publiait un article au titre volontairement provocateur : "L'île Maurice est-elle en train de devenir une dictature ?   ". Certains des lecteurs de Zinfos ont très certainement pensé en leur for intérieur : "Pierrot Dupuy va trop loin, l'île Maurice n'a rien d'une dictature..." 

Les faits sont malheureusement en train de lui donner raison. Après l'affaire Shameem Korimbocus, un ressortissant mauricien qui vivait depuis 10 ans à Dubaï, arrêté le 29 juillet dernier   et jeté dans les geôles de cet état connu pour ses violations régulières des Droits de l'Homme et l'inhumanité de ses prisons. Plusieurs voix citoyennes s"inquiètent de la répression sur l'île par le gouvernement Lepep.



Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.