Menu



Société

▶️ Laina Rawat-Burns répond à Bobby Hureeram : "Double langaz !"


Rédigé par E. Moris le Mardi 17 Septembre 2019



Le Chief Whip du gouvernement devrait le savoir, les femmes mauriciennes ont du cran et du caractère !

Preuve en est avec la réponse de Laina Rawat-Burns sur sa page officielle à Bobby Hureeram : "Double langaz !" (voir vidéo).

Pour rappel, Bobby Hureeram a porté plainte à la police contre la page Titalbér - Pinokyo, une page qui dénonce les injustices avec une certaine insolence envers les autorités et le gouvernement.

Une photo a été publiée avec un message sans équivoque concernant la récente promotion de Teena Hureeram, deuxième épouse de Bobby Hureeram et fille de Prakash Baboojee, à Air Mauritius. Si Bobby Hureeram soutient que la promotion de sa femme dans la compagnie nationale d’aviation, n’a rien à voir avec ses liens politiques. Il accuse ses adversaires politiques, notamment les rouges, de faire du «cheap politics» et contraire à l'éthique politique.

La fille de Dawood Rawat, Laina Rawat Burns avait porté plainte contre contre le chief whip du gouvernement à la Cybercrime Unit du CCID. En cause, le photomontage où elle se retrouve avec la main posée sur la jambe de l'ancien Premier ministre. 

Bobby Hurreeram avait estimé que c'était «une très belle créativité» réalisée par des «patriotes» sur Facebook.

Laina Rawat Burns estimait que c’est diffamatoire et reprochait au chief whip du gouvernement Bobby Hurreeram, d’avoir apposé un « like » à cette illustration. 

A noter que ce n'est pas la première fois que cette jeune femme et mère de famille fait l'objet de campagne diffamant. Le caricaturiste Pov du groupe la Sentinelle et qui participe et collabore également à un supplément pour enfants, avait dessiné la jeune femme au CCID enceinte avec des insinuations graves.  

A lire également : Déposition de Laina D. Rawat-Burns contre Bobby Hurreeram.


Mardi 17 Septembre 2019

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.