Justice

▶️ Ashok Subron : «Pravind Jugnauth c'est enn menteur, enn couillonner, mo pou assuré que le peuple et l'Histoire condamne li»

Samedi 26 Octobre 2019

Samedi Noir pour la démocratie mauricienne.

Rezistans ek Alternativ et les citoyens dont la candidature en vue des élections législatives 2019 avaient été refusée en raison de la non déclaration de l’appartenance ethnique, ont perdu leur bataille juridique en Cour suprême.

Les noms des 24 citoyens ne pourront pas se porter candidats lors du scrutin du 7 novembre. Leur plainte a été rejetée par le juge Benjamin Marie-Joseph, qui a indiqué qu’il n’y a rien d’illégal dans la décision de la Commission électorale d’invalider ces 24 candidatures. 

Les débats sur la pétition de Rezistans ek Alternativ et quatre candidats indépendants dont la candidature a été invalidée le jour du Nomination Day se sont poursuivis ce samedi après que l’affaire avait été appelée hier devant le juge Benajmin Marie-Joseph. Me Anwar Moollan, l’avocat de l’Electoral Supervisory Commission, devait répondre aux arguments des plaignants.

Dans leur plainte, ces personnes avaient réclamé la réintégration de leurs noms sur la liste des candidats.

Après le verdict, c'est un Ashok Subron très remonté contre le Premier ministre sortant, n'hésitant pas à le qualifier de "menteur".  Un mort d'ordre sera prononcé mercredi prochain contre l'Alliance Morisien.

Les membres du collectif comptent alerter les Nations Unies de la situation. Ils soutiennent qu’il s’agit d’une « grave entorse » et de violation des dispositions de l’International Civil and Political Rights Covenant.

Rappelons que Rezistans ek Alternativ est soutenu par l’écrivaine Shenaz Patel, ancienne membre du Bloc 104, dont la candidature a été invalidée mardi. À la presse, Shenaz Patel a déclaré que c’est un combat de tout le monde et pas seulement de Rezistans ek Alternativ. 


Rédigé par E. Moris le Samedi 26 Octobre 2019

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.