Menu


Société

▶️ Arrestation de Rachna Seenauth : Kaushik Jadunundun, membre de l'Icta, avait porté plainte


Rédigé par E. Moris le Vendredi 17 Avril 2020

On est en théorie libre de dire, d'écrire et de caricaturer. La volonté du gouvernement de recourir à l'arme de la loi pour lutter plus efficacement contre les Fake news propagées sur Internet, pourrait ouvrir une boîte de Pandore néfaste pour la liberté d'expression que Zinfos Moris n'a eu de cesse d'alerter dans ses colonnes.



C'est ainsi que Rachna Seenauth, ex secrétaire de l'ancienne présidente de la République, Ameenh Gurib Fakim a eu droit à une arrestation arbitraire le 15 avril par l’unité du cybercrime du Central CID, pour "fake news". 

Il lui est reprochée d’avoir publié sur son compte Facebook, une parodie montrant une rencontre entre le Premier ministre, Pravind Jugnauth et d’autres leaders internationaux pour connaître ses "astuces" sur la gestion du Covid-19.  Rappelons qu'il n'y aucun cas de Covid-19 depuis trois jours à Maurice selon les autorités. Rachna Seenauth a payé au prix fort le fait de partager une "blague", elle a ainsi passé une nuit en cellule, puis libérée sous une caution de Rs 7 000.

Kaushik Jadunundun membre de l'Icta, avait porté plainte

Fervent admirateur de l'ancienne ministre Roubina Jadoo-Jaunbocus, qu'il n'hésite pas à présenter comme sa soeur. Réputé pour sa mythomanie et son penchant pour créer la zizanie. Administrateur de la page du MMM avant d'être expulser comme un malpropre, Kaushik Jadunundun est devenue membre du conseil d’administration de l’Information & Communication Technologies Authority (Icta) par un formidable tour de passe-passe selon la formule bien connue du gouvernement récemment appelé 'Lepep'.

Cet ancien porteur, boutiquier de quartier reconvertie dans des vêtements de luxe, n’est pas supposé faire de la politique active et encore moins s'arroger le droit de menacer sur les réseaux sociaux. Mais comme les habitudes sont tenaces chez certains, une plainte a été logé contre lui au Central Criminal Investigation Department, par un journaliste.

Il a également fait l'objet de question parlementaire et on y a appris qu'il siège au conseil d’administration de cette institution depuis 2015, en percevant Rs 1 002 000 comme allocations. C’est le seul à avoir fait partie de trois conseils d’administration successifs depuis 2015.

Le président de l'ICTA "To ban post pa corek, Rachna".

N'oublions pas que Me Dick Ng Sui Wa, qui a autant de casseroles aux fesses qu’une carrosse de nouveaux mariés, préside le board de l'Icta. Une nomination avalisée par le conseil des ministres, le 31 janvier. Nous y reviendrons.

Une vidéo refait surface

On y voit un Kaushik Jadunundun vociférant avec maintes insultes envers le député du parti travailliste Shakeel Mohamed et l'activiste Jahmeel Peerally.

La (supposée indépendante) IBA s'acharne contre Top FM

Shakeel Mohamed a connaissance de cette vidéo, car il a lui-même publié en commentaire sous la publication de Nilen Vencadasmy, qui s'était fendu de son "interprétation" après l'annonce de la suspension de la licence de la radio privée de Top Fm.

En tant qu'avocats, peuvent-ils nous dire s'ils pensent que cette vidéo n'enfreint pas l'ICTA et nos lois pénales Si oui, qu'est-ce qu'ils ont l'intention de faire ? 

A lire également la publication de Paul Lismore.


▶️ Arrestation de Rachna Seenauth : Kaushik Jadunundun, membre de l'Icta, avait porté plainte


Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.